Ivanovic, le second souffle

Ivanovic, le second souffle

Publié le , modifié le

Victorieuse de Roland-Garros et N.1 mondiale à seulement 21 ans, Ana Ivanovic a ensuite connu une lente chute au niveau mondial, pour chuter jusqu'à la 63e place mondiale deux ans après. Revenue à la 14e place mondiale, la Serbe affronte, en 8e de finale de l'Open d'Australie, la terreur, Serena Williams. Une adversaire qu'elle n'a jamais battue, et à qui elle n'a jamais pris un seul set en quatre matches jusque-là.

"Ces dernières années, j'ai beaucoup appris. Par le passé, j'ai fait des choix et des erreurs qui n'étaient pas forcément de ma volonté. Maintenant, les choix et les décisions que j'ai à prendre m'appartiennent davantage. Et j'ai plus confiance en ces décisions". Ana Ivanovic est bien consciente de son évolution. Aujourd'hui, elle a 27 ans. Ses 21 printemps, sa victoire à Roland-Garros, sa place de N.1 mondiale sont très loin. Depuis ce sacre porte d'Auteuil, elle n'a plus vécu la moindre finale en Grand Chelem, ni même une demie. En fait, elle n'a retrouvé un quart de finale qu'à l'US Open en 2012. 

Il n'y a pas eu de longue traversée du désert, juste une chute jusqu'à la 63e place mondiale en milieu d'année 2010. Présente dans le Top 30, elle n'a jamais pu revenir aux avant-postes, voyant les Clijsters et Henin prendre leur retraite, les jeunes Azarenka ou Radwanska se hisser parmi les ténors, et Sharapova et Serena Williams revenir au sommet. Un moral fluctuant, quelques blessures (genou, ischio-jambiers, cheville...), Ana Ivanovic a disparu du devant de la scène. 

Mais depuis quelques temps, elle s'est transformée. Pour la première fois depuis 2011, elle a accroché un nouveau titre à son palmarès, en s'imposant à Auckland en ce début de saison. En 2013, un 8e de finale en Australie, à Roland-Garros et à l'US Open, une demie à Madrid et à Carlsbad et une finale à Linz. Elle n'a pas encore trouvé la clé qui fait passer de la 14e place mondiale à un Top 10. Mais elle n'en est plus loin. Contre Serena Williams, en 8e de finale, elle n'aura rien à perdre. L'Américaine l'a battue lors de leurs quatre confrontations précédentes. Sans abandonner le moindre set. C'est l'idéal pour jouer sans pression, hormis celle, imposante, mise par la N.1 mondiale.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze

Open d'Australie