Novak Djokovic Open d'Australie
Novak Djokovic | TORSTEN BLACKWOOD / AFP

Homérique Djokovic !

Publié le , modifié le

Au terme d’un match extraordinaire, le plus long de l’histoire des finales de l'ère Open (5h53), Novak Djokovic a remporté l'Open d'Australie en battant Rafael Nadal (5-7, 6-4, 6-2, 6-7, 7-5). C'est la troisième victoire du Serbe à Melbourne, le deuxième de rang pour le Serbe, qui signe un Petit Chelem sur deux saisons.

Rafael Nadal n'a pas trouvé l'antidote aux Antipodes. L'Espagnol, dont la faculté à se remettre en question pousse à l'admiration, n'est pas parvenu à mettre un terme à sa série noire face à Novak Djokovic. Le n°2 mondial aura bien tenté de produire un jeu plus offensif, porté par une raquette alourdie, mais cela n'aura pas suffi face au boss serbe. Ce dernier, qui est passé tout près de la sortie face à Andy Murray en demi-finale et qui a bénéficié d'un jour de récupération en moins que son adversaire, a dû puiser dans des réserves insoupçonnées pour l'emporter. Grâce à ce succès, son troisième en Australie et le deuxième consécutif, il réalise un fabuleux petit chelem et rejoint les quatre légendes du jeu qui ont précédemment réussi cet exploit : Rod Laver, Pete Sampras, Roger Federer (deux fois) et... Rafael Nadal.

Pour leurs retrouvailles depuis la dernière finale à l'US Open, les deux joueurs semblent nerveux dès les premiers échanges. Surtout Djokovic qui peine à passer sa première balle et qui commet des fautes directes vraiment inhabituelles pour lui. Nadal, lui, fait tournoyer son coup droit lasso et parvient régulièrement à pousser sa bête noire à la faute. Après un break initial, le Majorquin se fait un temps rejoindre à 4-4 mais c'est pour mieux contrer le n°1 mondial en fin de set (7-5), qu'il empoche après une heure et vingt minutes de jeu ! Une durée qui en dit long sur l'intensité des débats.

Djokovic, le géo-maître

Ceux-ci sont toujours aussi âpres à l'orée de la deuxième manche et Nadal continue de s'accrocher. Même s'il est souvent dominé dans les échanges, il parvient toujours à remporter les jeux serrés et profite à plein d'une première balle atone du Serbe. Cependant, ce dernier commence peu à peu à trouver le bon rythme au service. Les effets s'en ressentent immédiatement. Repoussé de plus en plus loin derrière sa ligne, Nadal subit la dictature du "Djoker" dont les gifles en coups droit lui rosissent les joues. Une vilaine double-faute enterre les derniers espoirs espagnols dans cette manche (6-4), tout est à refaire. Et la confiance a changé de camp.

Plus relâché dans ses frappes, Djokovic réalise un premier break à 2-1 en sa faveur. L'Espagnol ne le reverra plus. Multipliant les angles, les longueurs et usant avec justesse de l'amortie, le tenant du titre met au supplice Nadal qui ne sait plus à quel saint se vouer. Il lui reste toujours ce formidable courage mais c'est insuffisant face à un adversaire qui maîtrise aussi parfaitement la géométrie du terrain. Un coup droit monstrueux en bout de course lui offre le gain de la troisième manche (6-2) et rien ne semble déjà plus pouvoir entraver sa marche victorieuse vers une troisième victoire à Melbourne.

Nadal entre en résistance

Rafael Nadal: "C'est le match le plus difficile  physiquement que j'ai jamais joué. Je ne suis pas content de perdre en finale, mais c'est l'une des défaites dont je suis le plus satisfait dans ma carrière."

Nadal s'accroche un temps dans le 4e set en effaçant notamment trois balles de break contre lui à 4-3 qui auraient signifié sa mise à mort. Malgré une légère interruption due à la pluie qui nécessite la mise en place du toit automatique et des conditions de jeu indoor qu'il n'apprécie guère, le Taureau de Manacor refuse de courber l'échine. Soutenu par un public qui a pris fait et cause pour l'Ibère, ce dernier parvient à pousser Djokovic dans ses derniers retranchements et vers un tie-break en forme de roulette russe. Le Serbe, dont la raquette se déplace dans l'air à une vitesse rarement vue sur un court de tennis, accélère encore le tempo dans le jeu décisif mais la défense de Nadal est héroïque. Baladé aux quatre coins de la Rod laver Arena, "Rafa" remet tout et finit par pousser son agresseur à la faute. Un dernier coup droit dans le couloir offre le set au gladiateur espagnol (sept points à cinq dans le tie-break) et remet les deux combattants à égalité. Il est minuit et demi à Melbourne, la cinquième manche peut commencer...

Visiblement touché au moral et meurtri dans son corps, Djokovic est le premier à céder son service mais, dans un ultime effort, il parvient miraculeusement à recoller à quatre jeux partout. Perclus de crampes, le Serbe joue le tout pour le tout et tente d'abréger les échanges au maximum. La tactique n'est pas loin de payer puisque, dans la foulée, il s'offre une balle de break mais Nadal l'efface avec autorité d'un remarquable service slicé. A 5-5 en sa faveur, Djokovic lâche une dernière fois les chevaux. Nouveau break et service à suivre. Malgré la fatigue insoutenable et les muscles tétanisés, malgré une dernière balle de debreak à effacer, le bras ne tremble pas. Un dernier coup droit gagnant et c'est terminé. Djokovic est bionique, Djokovic est boulimique, Djokovic est épique.

Déclarations :

Novak Djokovic (s'exprimant pendant la cérémonie des récompenses): "Rafa, tu es l'un des meilleurs joueurs de l'histoire. Tu es l'un des gars les plus respectés du circuit. Nous avons écrit l'histoire ce soir et malheureusement il ne pouvait pas y avoir deux vainqueurs. Mais je te souhaite le meilleur pour le reste de la saison. Et j'espère que nous jouerons beaucoup d'autres matches comme celui-ci et beaucoup d'autres finales."

Rafael Nadal (s'exprimant pendant la cérémonie des récompenses): "Je n'oublierai jamais ce match. Même si j'ai perdu, c'était quelque chose de vraiment spécial pour moi. Merci beaucoup. Je reviendrai ici et je continuerai à me battre."

Julien Lamotte

Open d'Australie