Grigor Dimitrov
Le Bulgare Grigor Dimitrov | AFP - PAUL CROCK

Grigor Dimitrov, à quand l'âge adulte ?

Publié le , modifié le

Surnommé "baby Federer" depuis longtemps pour son aisance technique, Grigor Dimitrov n'a toujours pas passé un cap, à l'heure de retrouver Roger Federer pour le compte du 3e tour de l'Open d'Australie. Hormis une demi-finale à Wimbledon et un quart à l'Open d'Australie (2014), il ne voit pas souvent la deuxième semaine d'un Grand Chelem. 28e mondial à 24 ans, le Bulgare va-t-il décevoir les espoirs placés en lui ?

Une technique exceptionnelle, un jeu classique avec un revers à une main, Grigor Dimitrov a, très tôt, été classé dans la catégorie des esthètes. Et forcément, dans ce registre, il y a un maître: Roger Federer. Un surnom lui est rapidement donné: "baby Federer". Vainqueur de Wimbledon juniors et de l'US Open juniors en 2008, finaliste de l'Orange Bowl en 2007, il semblait avoir les moyens de faire trembler les meilleurs. S'il a déjà intégré le Top 10 (8e en juin 2014), il demeure un second couteau.

Depuis 2011, il a disputé 20 tournois du Grand Chelem. Il n'a atteint la deuxième semaine qu'à quatre reprises: 1/4 et 8e en Australie en 2014 et 2015, 1/2 à Wimbledon en 2014, 8e à l'US Open en 2014. Depuis son premier sacre sur le circuit principal à Stockholm en 2013, il n'a accroché que trois épreuves à son palmarès, toutes en 2014: Acapulco, Bucarest et le Queen's. Cette même année, les deux premières (et seules) demi-finales en Masters 1000, à Rome et Montreal. A côté, des éliminations au 1er tour en pagaille (Australie 2013, Roland-Garros 2011, 2014, 2015, US Open 20111, 2012, 2013), et cette impression qu'il peut perdre n'importe quand.

Son premier set gagné contre Federer, à Brisbane en 2016

Peu costaud à ses débuts sur le plan physique (on se souvient de ses crampes face à Richard Gasquet qui vomissait à Roland-Garros en 2012), il a progressé, notamment sous la houlette de Roger Rasheed, l'ancien coach de Lleyton Hewitt, jusqu'en juillet dernier. Le manque de résultats en 2015 a eu raison de cette association. Mais c'est surtout psychologiquement que le Bulgare ne semble pas au niveau. En 2015, sur les 23 matches où son adversaire et lui ont gagné au moins un set (autrement dit qui sont allés en 3 sets pour ceux en 2 sets gagnants ou au moins en 4 sets pour ceux en 3 sets gagnants), il en a perdus 12. Plus de 50% donc. Et face aux ténors, son bilan se révèle négatif: 1 victoire en 6 matches contre Djokovic, 0 victoire en 4 matches contre Federer,  2 victoires en 8 matches contre Murray, 0 victoire en 7 rencontre contre Nadal, 1 victoire en 6 matches contre Ferrer.

Cette nuit, Grigor Dimitrov va donc affronter l'une de ses bêtes noires: Roger Federer. C'est la première fois que les deux hommes se retrouvent dans un tournoi du Grand Chelem. En quatre duels passés, le Suisse n'a perdu un set qu'une seule fois, cette année à Brisbane en quarts de finale. C'est donc le moment idéal pour le 28e mondial de frapper un grand coup, et montrer qu'il a grandi et n'est plus "baby Federer". Quart de finaliste ici en 2014, 8e de finaliste l'an dernier, il rêve d'exploit.