Gaël Monfils Monte Carlo 2015
Le joueur français Gaël Monfils. | JEAN CHRISTOPHE MAGNENET / AFP

Gaël Monfils vient à bout du jeune Lucas Pouille

Publié le , modifié le

Gaël Monfils est sorti vainqueur du combat qui l'opposait à son jeune compatriote Lucas Pouille, 20 ans. Fidèle à son style inimitable, Gaël Monfils a joué avec les nerfs de son clan et des supporters. Mené deux manches à rien, cherchant ses repères et son jeu, la tête de série n°17 s'est finalement imposée en cinq sets 6-7 (3/7), 4-6, 6-4, 6-1, 6-4 en 2h47. Au prochain tour, Gaël Monfils affrontera le Polonais Jerzy Janowicz pour un autre gros choc en perspective.

Son dernier match officiel datait du mois de novembre dernier. En arrivant à Melbourne, Gaël Monfils était en quête de repères. Depuis son exploit malheureusement inutile face à Roger Federer en Coupe Davis, Monfils n'avait pas trop fait parler de lui. Hormis à son arrivée en Australie avec un refrain auquel il nous avait habitué. Celui du joueur qui court après sa confiance. "Je ne suis pas prêt du tout" assurait-il. Une chute et des "soucis personnels" sont venus gêner la préparation - il avait déclaré forfait pour Auckland - de son premier tour face à son jeune compatriote de 20 ans Lucas Pouille qui disputait le cinquième match de Grand Chelem de sa carrière. Pas l'idéal donc. Et ça c'est vu puisque pendant deux sets, Monfils a semblé ailleurs, malmené par un Pouille qui a joué crânement sa chance. Plus juste, il a mené deux manches à rien et a entrevu la victoire puisqu'il menait 3-0 dans le cinquième set. Mais l'émotion peut-être et Monfils surtout, ce phénix qui ne meurt jamais, ont fini par le rattraper. Le mieux classé des deux (Monfils était 18e, Pouille 117e) a fini par l'emporter. Monfils cherchait la confiance, il l'a sans doute trouvé avec ce match et ce retour de nulle part dont il a le secret. Il va en avoir besoin puisqu'au deuxième tour se dresse devant lui la montagne polonaise, Jerzy Janowicz.

Pouille, un nom à retenir

Ce deuxième tour, Monfils a bien failli ne pas le voir. A côté de ses pompes, "la Monf" pendant plus d'une heure. Des fautes directes, un placement aléatoire, de la déconcentration comme sur cette double-faute à 5-2 dans le tie-break de la première manche qui donnait 4 balles de set à Lucas Pouille. Une nouvelle faute directe plus tard, ce dernier remportait ce tie-break 7/3 en 40 minutes. Il lui faudra 10 minutes deux moins pour mener 2 sets 0. Alternant coups de grâce et grosses erreurs - une nouvelle double-faute pour offrir le premier break du match à 2-0 dans la deuxième manche - Monfils était incapable d'inquiéter Pouille sur sa mise en jeu. Le 117e mondial en profitait pour prendre confiance, faire admirer ses coups droits et venir régulièrement au filet y déposer des volées souvent gagnantes (42/67 au final). Bousculé, sans idée, Monfils reste quand même capable de coups d'éclat comme cet énorme point de défense au début du troisième set où il a enchaîné coup entre les jambes et passing de revers croisé en bout de course. De quoi faire lever la foule et remettre de l'ordre dans son jeu.

Monfils ne meurt jamais

Lucas Pouille n'est vraiment pas passé loin d'un premier exploit retentissant en Grand Chelem. Capable de sauver des balles de break à 4-3, il a beaucoup gêné Monfils. Souvent à l'attaque, il a manqué d'expérience dans les moments très chauds. Surtout dans ce cinquième set débuté sur les chapeaux de roue après avoir été balayé au quatrième, perdu 1-6. Il a rapidement mené 3-0 avant de se faire rattraper. Il a trouvé la force d'écarter deux nouvelles balles de break à 3-3 mais a fini par craquer au plus mauvais moment. A 4-4, il a "offert" sa mise en jeu. A 40A, sa volée dans le couloir après un échange parfaitement conduit, l'a obligé à défendre encore son service. Pourtant, il y avait la place pour la poser, Monfils ayant anticipé la volée croisée. Sur la balle de break, après une bonne première, il a mal jugé un passing de Monfils, là encore facilement "attaquable", qui est venu mourir juste avant la ligne. A 5-4 sur sa mise en jeu qui l'a maintenu à flot durant toute la rencontre (23 aces), Monfils n'a eu qu'à conclure, Lucas Pouille accusant le coup du jeu précédent. Pour ce dernier, ne reste ce mardi que les regrets mais à 20 ans, il est promis à un bel avenir. Pour Monfils, l'avenir, c'est jeudi avec le choc contre Janowicz.