Roger Federer
Roger Federer | TONY ASHBY / AFP

Federer sans l’ombre d’un souci avant l’Open d’Australie

Publié le , modifié le

Epargné par les blessures qui contrarient les principaux leaders du tennis mondial, Roger Federer s’avance en grand favori de l’Open d’Australie qui débute le 15 janvier. Vainqueur cinq fois à Melbourne (2004, 2006, 2007, 2010, 2017), le tenant du titre affiche déjà un bon niveau de jeu, renforcé par une confiance acquise tout au long de l’année 2017, celle de la résurrection pour le Maestro suisse. Federer (36 ans) gagne en s’amusant sur le court, comme à la grande époque.

Rafael Nadal et Stan Wawrinka blessés au genou, Novak Djokovic touché au coude, Andy Murray à la hanche et Kei Nishikori au poignet : la saison démarre mal pour nombres de cadors expérimentés du circuit. A l’exception de Roger Federer, le joueur le plus titré en Grand Chelem de l’histoire du tennis. A quelques jours de chasser un 20e Majeur sur les courts de Melbourne Park, le numéro 2 mondial est l’un des rares gros poissons du circuit à nager dans des eaux calmes en ce début de saison.

Facile à la Hopman Cup

Le Bâlois vient de remporter ses deux premiers matches de simple à la Hopman Cup, épreuve par équipes non officielle où l’ambiance est décontractée. Il a d’abord maté le Japonais Yuichi Sugita (6-4, 6-3) pour son retour à la compétition samedi avant de battre assez tranquillement le Russe Karen Khachanov 6-3, 7-6 (8/6) ce mardi. "Les années passent et je fais quelques ajustements dans mon jeu, mais j'ai toujours l'impression de bien jouer. J'espère que cela va durer encore longtemps", a confié un Federer heureux cette semaine en conférence de presse.

Le 20e Majeur dès Melbourne ?

Toujours aussi populaire –près de 6000 personnes avaient assisté à son entraînement ouvert au public le jour précédent la compétition-, l’octuple lauréat de Wimbledon a dans sa ligne de mire un sixième sacre sur la Rod Laver Arena, fin janvier, ce qui en ferait l’égal de Roy Emerson et Novak Djokovic, les co-recordmen actuels. Jamais battu avant les demi-finales entre 2004 et 2017 –à l’exception d’un 3e tour en 2015-, Roger Federer adore les conditions de jeu australes. Son tennis d’attaque y fait merveille. Même si les jeunes poussent (Zverev, Thiem, Kyrgios), Mebourne 2018 pourrait bien de nouveau sourire à Rodgeur l’enchanteur.  

Grégory Jouin @GregoryJouin

Open d'Australie