Novak Djokovic

Federer, Nadal, Djokovic... L'Open d'Australie en six questions

Publié le , modifié le

Les six questions qui se posent avant l'Open d'Australie, où Roger Federer tentera de conserver son titre à partir de ce lundi à Melbourne.

La seconde jeunesse de Roger Federer va-t-elle durer?
L'an passé, le Suisse avait réussi un éblouissant "come-back" après six mois passés à soigner un genou récalcitrant. A 36 ans et demi, il tentera d'atteindre le cap des vingt titres en Grand Chelem avec un sixième sacre à Melbourne. Même s'il a échoué dans la conquête de ses deux derniers objectifs de 2017, l'US Open et le Masters, rien ne dit que le déclin est au coin de la rue. S'étant ménagé, le N.2 mondial est en forme et son moral est au zénith après une saison presque idéale (7 trophées dont l'Australie et Wimbledon, 52 victoires, 5 défaites).

Rafael Nadal est-il prêt?
Finaliste en Australie, vainqueur à Roland-Garros (pour la dixième fois) et à l'US Open, N.1 mondial en fin d'année, l'Espagnol a été l'autre grand triomphateur de 2017. Mais sa saison s'est terminée par une nouvelle blessure au genou et un abandon au Masters. Insuffisamment prêt, il a renoncé au tournoi de Brisbane et n'aura que l'exhibition de Kooyong dans les jambes avant d'attaquer l'Open.

Novak Djokovic va-t-il réussir son retour?
Le Serbe tente le même pari que Federer l'an passé. Blessé au coude (et touché au moral), il n'a plus joué depuis six mois. Lui aussi a préféré faire l'impasse sur son tournoi de préparation et arrive à Melbourne sans trop de repères. Tombé à la 14e place mondiale, le sextuple vainqueur de l'Open d'Australie devra se mettre rapidement dans le rythme car il pourrait affronter dès le deuxième tour le Français Gaël Monfils, récent vainqueur du tournoi de Doha.

Une ère de transition va-t-elle s'ouvrir ?
L'âge de Federer, l'incertitude sur l'état de forme de Nadal, de Djokovic et de Stan Wawrinka (qui reprend lui aussi après un long arrêt), l'absence d'Andy Murray, récemment opéré de la hanche... Nombre d'éléments permettent d'envisager qu'une page de l'histoire du tennis se tourne en Australie. Des joueurs en milieu de carrière comme le Bulgare Grigor Dimitrov, vainqueur du Masters, le Belge David Goffin, finaliste à Londres et en Coupe Davis, ou le Croate Marin Cilic, chercheront à s'engouffrer dans une éventuelle brèche, de même que d'autres, plus jeunes, comme l'Autrichien Dominic Thiem et l'Australie Nick Kyrgios. 

Les "NextGen" vont-ils mettre le nez à la fenêtre?
Si cette génération ne saisissait pas l'occasion, on pourrait peut-être passer directement à la suivante. Le leader de ces talents de 21 ans ou moins, qui sont dix dans le top 100, est l'Allemand Alexander Zverev (4e mondial), à la recherche d'une première performance en Grand Chelem. D'autres progressent très vite comme le Russe Andrey Rublev (20 ans, 32e mondial), l'Américain Frances Tiafoe (19 ans, 79e mondial) ou le Grec Stefanos Tsitsipas (19 ans, 80e mondial). 

Le circuit féminin va-t-il se trouver une patronne?
Pas encore prête à la suite de la naissance de sa fille, Serena Williams a différé son retour. Les candidates à sa succession sont très nombreuses: la Roumaine Simona Halep, actuelle N.1 mondiale, la Tchèque Karolina Pliskova, qui a occupé brièvement cette place l'an passé, l'Espagnole Garbiñe Muguruza, championne de Wimbledon, l'Américaine Sloane Stevens, titrée à l'US Open, la Danoise Caroline Wozniacki, lauréate du Masters, ou encore la Française Caroline Garcia, dernière arrivée dans le top 10.

AFP