Jo-Wilfried Tsonga Melbourne 20012014
Jo-Wilfried Tsonga sur son revers | AFP

Federer muselle Tsonga

Publié le , modifié le

Déjà sorti l'an passé par Roger Federer (en quart de finale), Jo-Wilfried Tsonga a de nouveau été éliminé par le Suisse à Melbourne en huitième de finale (6-3, 7-5, 6-4). Le natif de Bâle qui a livré match d'un excellent niveau, affrontera en quart le Britannique Andy Murray, tombeur de Stéphane Robert.

Tsonga qui s'attendait "à du Federer" a été servi. Dès les premiers échanges, le Suisse a pris l'ascendant grâce à son sens du placement, mettant à mal la puissance du Manceau. Federer prenait d'emblée le service de son adversaire et enfonçait le clou en distillant quelques amorties judicieuses (3-0). Pris à la gorge, Tsonga laissait filer la première manche 6-3 en tentant de reprendre le fil de son jeu pour se relancer au plus vite. Sous l'œil bienveillant de Stefan Edberg, "Roger" profitait sans doute d'une meilleure préparation tactique.

Federer plus régulier

La deuxième manche ne rassurait pas le N.2 français, qui avait encore du mal à trouver ses repères, notamment sur sa première balle de service, l'une de ses armes principales. Breaké dès l'entame du deuxième set, il trouvait les ressources mentales pour s'accrocher et prendre à son tour le service de Federer. Les coups du Suisse avaient un peu moins d'intensité, et le jeu s'équilibrait. Cela profitait au spectacle, et les deux hommes offraient des coups de toute beauté, avec notamment un point conclu par Federer après 19 échanges. Plus régulier, notamment sur sa première balle, l'ancien N.1 mondial prenait néanmoins le large en empochant logiquement le deuxième set 7-5.

Une seule balle de break

Conscient qu'il devait encore enfoncer le clou face à un coriace adversaire, Federer haussait encore son niveau de jeu, comme il l'avait fait en début de rencontre pour mettre la pression sur Tsonga. Et une fois encore, sa tactique s'avérait payante. Il ne tardait pas à mener 3-1, puis 4-2. Le Manceau était contraint de prendre des risques pour sauver les meubles et parvenait au forceps à revenir à 4-3. Le Tricolore, finaliste à Melbourne en 2008, allait même s'offrir sa première balle de break de la rencontre, mais une fois encore, le sixième joueur mondial tenait bon. Face à un Federer sûr de lui, Tsonga devait s'incliner en trois manches sur la deuxième balle de match 6-3, 7-5, 6-4.

Romain Bonte

Open d'Australie