Roger Federer
Le Suisse Roger Federer | AFP - MIGUEL MEDINA

Federer: "Je me sens en confiance"

Publié le , modifié le

Son forfait avant la demi-finale à Doha contre Tsonga n'est qu'un mauvais souvenir pour Roger Federer, qui débute cette nuit: "J'espérais que les choses s'amélioreraient rapidement. Ca n'a pas tout à fait été le cas. Je n'ai vraiment commencé à me sentir mieux que mardi." Et le Suisse est serein: "Je suis dans un bon état d'esprit et je me sens physiquement prêt parce que la préparation a été bonne. (...)Je me sens vraiment en confiance quand je frappe la balle."

- Qu'en est-il de votre blessure au dos qui vous avait obligé à renoncer à la demi-finale à Doha le 6 janvier ?
Roger Federer:
"(A Doha), ça n'aurait servi à rien de jouer. Je pouvais à peine. J'espérais que les choses s'amélioreraient rapidement. Ca n'a pas tout à fait été le cas. Je n'ai vraiment commencé à me sentir mieux que mardi. Aujourd'hui (samedi), ça a été le premier entraînement lors duquel j'ai à nouveau pu jouer à 100%. Hier (vendredi) aussi je me sentais bien. Je jouais à fond, mais il y a avait encore une petite crainte. Aujourd'hui, c'est disparu, je me sens de retour à la normale. C'est une bonne sensation avant de débuter l'Open d'Australie."

- Craignez-vous que la douleur puisse réapparaître ?
RF:
"Non je pense que c'est parti. Mes muscles étaient juste très tendus. Mon dos n'était pas le même pendant cinq jours. Si c'était resté comme à Doha, alors évidemment ça aurait été difficile. (Avant Doha), j'avais eu une bonne préparation. Le mal de dos m'a pris pas surprise. Mais je pense que mon jeu est en place, même si ces derniers jours il a surtout fallu être patient, attendre de voir comment ça allait. Je pense avoir pu frapper la balle suffisamment. Je n'ai pas l'impression de revenir de très loin. Je me sens prêt à jouer. Si les matches devaient commencer demain, il n'y aurait aucun problème. Même aujourd'hui, ça aurait été. Je suis dans un bon état d'esprit et je me sens physiquement prêt parce que la préparation a été bonne."

- Vous avez fini la saison 2011 de très belle manière. Cela peut-il vous aider à bien aborder cet Open d'Australie ?
RF:
"Ca ne peut que m'aider d'avoir fini aussi fort. J'ai souvent très bien fini la saison. Je me rappelle que chaque fois ça m'a aidé à avoir une bonne approche pendant les vacances, pendant la préparation et ensuite en début d'année. Très souvent, j'ai pu prolonger la dynamique sur l'année suivante. J'espère que ce sera encore le cas cette année. Pour ça, j'ai besoin que l'Open d'Australie débute bien pour moi, de gagner les premiers tours, d'enchaîner et voir jusqu'où je peux aller. Je me sens vraiment en confiance quand je frappe la balle. Je me sens vraiment bien. Les conditions sont plus lentes qu'en salle, il faut plus travailler pour obtenir un point. Ca va être plus physique et plus mental, ce qui ne me gêne pas. Ca va être un tennis différent de la fin de l'année dernière. J'en ai conscience. Ca rend les choses intéressantes pour moi de changer à nouveau."

AFP

Open d'Australie