Tsonga grimace Melbourne 012011
Jo-Wilfried Tsonga grimace | AFP - PAUL CROCK

Et Tsonga flancha

Publié le , modifié le

Dernier espoir français en lice à Melbourne, Jo-Wilfried Tsonga a connu un jour sans face à l'Ukrainien Alexandr Dolgopolov, vainqueur 3-6, 6-3, 3-6, 6-1, 6-1. L'élimination du Tricolore constitue la seule surprise de ce 3e tour de l'Open d'Australie, les favoris ayant franchi le cap sans frayeur. Nadal, Soderling, Murray et Ferrer seront en deuxième semaine.

Le tableau masculin de l'Open d'Australie

L'arbre qui cachait la forêt est tombé cette nuit à Melbourne. Meilleur représentant français à Melbourne depuis trois ans, Jo-Wilfried Tsonga n'a cette fois pas pu masquer les carences du tennis hexagonal. Pour la première fois depuis 19 ans, il n'y aura aucun Tricolore en huitième de finale de l'Open d'Australie. Le Manceau peut nourrir beaucoup de regrets après cette défaite face à Alexandr Dolgopolov, 46e joueur mondial (3-6, 6-3, 3-6, 6-1, 6-1) tant l'Ukrainien, au jeu si fantasque mais irrégulier, semblait à sa portée. Hélas, alors que Tsonga, sans briller, menait deux manches à une, un déchet incroyable et un manque de tonus évidents sont venus pourrir les deux derniers sets de la partie, perdus sur le score sans appel de 6-1, 6-1. Pourtant, le finaliste de l'édition 2008 ne se flagellait pas après cette défaite et préférait rappeler que sa condition physique, après une blessure au genou en 2010, était encore trop juste.  "Je ne vais pas arriver là et dès les trois premiers mois de reprise  éclater tout le monde, c'est impossible", se défendait Tsonga . "Ça prend du  temps, il faut accepter qu'on a perdu un peu de sa superbe et qu'il faut se  reconstruire et bosser."

Si Tsonga n'a pas assumé son rang de favori ce samedi, il est bien le seul. Ainsi, le Suédois Robin Soderling, N.4 mondial, a expédié l'inconnu tchèque Jan Hernych, 146e mondial, 6-3, 6-1, 6-4 en moins de deux heures de jeu. Le Britannique Andy Murray, N.5, lui a répondu en balayant l'Espagnol Guillermon Garcia Lopez 6-1, 6-1, 6-2 en 1h32. Soderling affrontera en 8e Dolgopolov, tandis que Murray défiera le Chypriote Marcos Baghdatis ou l'Autrichien Jurgen Melzer. David Ferrer, N.7 mondial, a de son côté écrasé le Lituanien Richard Berankis 6-2, 6-2, 6-1. La surprise du jour est venue du qualifié canadien Milos Raonic, 152e mondial, qui avec l'insouciance de la jeunesse, s'est offert le N.10 mondial Mikhail Youzhny 6-4, 7-5, 4-6, 6-4. Il s'attaquera désormais à Ferrer. A noter également le match marathon (4h33) entre John Isner, un habitué du genre, et Marin Cilic. C'est finalement le Croate qui s'est imposé au terme d'un duel acharné (4-6, 6-2, 6-7, 7-6, 9-7) et salué par une standing ovation du public.

Le math choc de la session de nuit opposait Rafael Nadal au jeune espoir australien Bernard Tomic (18 ans). Sans briller, et en gaspillant inhabituellement (32 fautes directes), le n°1 mondial a tout de même fait respecter le droit d'aînesse en s'imposant 6-2, 7-5, 6-3. "Mes gestes et ma position sur le court n'étaient pas  bons", notait Nadal, perfectionniste. "Mais je me suis battu, même quand j'étais mené 4-0, j'ai continué à me  battre. Au troisième set, je suis plus monté au filet et c'est positif. Je vais  devoir changer quelques choses si je veux gagner le prochain match."

Julien Lamotte