Djokovic Murray
Djokovic-Murray, un duel qui s'inscrit dans l'histoire de l'Open d'Australie. | PAUL CROCK / AFP

Djokovic – Murray, bis repetita

Publié le , modifié le

Novak Djokovic et Andy Murray s’affrontent pour la quatrième fois en six ans en finale de l’Open d’Australie, ce dimanche. Une affiche qui s’annonce haute en couleurs entre l’actuel numéro un mondial et son dauphin.

2011-2013-2015-2016 : non, il ne s’agit pas d’un compte bancaire ou d’un mot de passe pour un réseau social, mais bien les années où Novak Djokovic et Andy Murray se sont affrontés en finale de l’Open d’Australie. La quatrième finale, et sixième tous Grands Chelems confondus, a lieu ce dimanche. Plus qu’une rencontre entre le numéro un mondial et son dauphin, cette finale oppose deux joueurs qui sont les mêmes. Même taille (Murray mesure 1m90, Djokovic 1m88), même âge (28 ans), et surtout même jeu. Solides en défense, dotés d’un service bien rodé et d’un revers à deux mains similaire… Sur le terrain, « Djoko » et Murray sont les mêmes.  C’est ce qu’a confirmé le Serbe en conférence de presse : "Ce n'est pas un secret, nous nous connaissons très bien et nous avons des  jeux très similaires. Donc en gros, ce sera à qui sera le plus fort du fond du  court. Je m'attends à un match très exigeant physiquement, avec beaucoup de  longs échanges".

La même finale que l'an passé

Depuis 2010, Andy Murray n’a perdu que contre deux joueurs à Melbourne : Roger Federer par deux fois, et… Djokovic, quatre fois. Cette finale est une nouvelle occasion pour le joueur britannique de prendre sa revanche sur ces précédentes défaites. L’an passé à Melbourne, le numéro deux mondial avait déjà affiché une belle résistance face au Serbe, mais avait complètement craqué dans le quatrième set (6-0).

Le Britannique de 28 ans souhaite de tout cœur remporter son premier Open d’Australie. Surtout qu’une victoire cette année interviendrait dix ans après celle d’Amélie Mauresmo, qui continue de l’entraîner, et donc le succès pourrait lui donner des idées… La tâche s’annonce tout de même compliquée pour Murray face à un Djokovic encore impérial sur cette quinzaine. Surtout que le numéro un mondial reste sur 21 victoires en 30 rencontres face à son dauphin, qui n’a plus pris le dessus depuis l’été dernier, à Montréal. Statistique plus alarmante : sur les 31 derniers sets disputés entre les deux hommes, Murray n’en a remporté que sept. "L'important pour moi sera de rester à un très haut niveau pendant très  longtemps, pas seulement pendant un set ou quelques jeux par-ci par-là", a-t-il prévenu.

Djokovic peut rejoindre Rod Laver et Börg

Comme son homologue féminine Serena Williams, Novak Djokovic a en cas de victoire, les moyens de rentrer encore un peu plus dans l’histoire. S’il remporte son onzième tournoi du Grand Chelem, il rejoindra alors Rod Laver et Bjorn Börg au classement des joueurs les plus titrés Grand Chelem. Le numéro un mondial peut également en cas de victoire, égaler le record de succès sur l’Open Australie que détient pour l’instant Roy Emerson, avec six victoires. Au vu de sa forme du moment, « Djoko » sera difficile à battre. Mais il se pourrait bien que la quatrième tentative soit la bonne pour Murray. Histoire que ce ne soit pas toujours la même rengaine.