Djokovic en demi-finales à Melbourne

Djokovic en demi-finales à Melbourne

Publié le , modifié le

Le Serbe Novak Djokovic, N.1 mondial et tenant du titre, s'est qualifié pour les demi-finales de l'Open d'Australie, en battant l'Espagnol David Ferrer (N.5) en trois sets 6-4, 7-6 (7/4), 6-1, à Melbourne après un rude combat. Le Serbe affrontera vendredi le Britannique Andy Murray (N.4), dans ce qui sera la revanche de la finale 2011. Ce sera la septième demi-finale consécutive dans des tournois du Grand Chelem pour Djokovic.

TABLEAU MASCULIN DE L'OPEN D'AUSTRALIE

Djokovic, très attendu après son exceptionnelle saison 2011 (10 titres, dont 3 du Grand Chelem), a souffert bien plus que ne le laisse supposer le score contre Ferrer, qu'il avait battu au même stade de la compétition en 2008 avant d'aller décrocher son premier titre à Melbourne. Les deux premières manches ont été très intenses. Les trois premiers jeux ont duré 21 minutes, le temps pour Djokovic de laisser filer six balles de break. "David est très dur physiquement, j'ai eu l'impression  d'avoir joué une demi-heure pour deux jeux seulement !", a dit le Serbe. Il a enfin réussi à briser la résistance acharnée de Ferrer dans le cinquième jeu. La lutte a continué toujours aussi âpre, mais le Serbe a réussi à préserver cette avance jusqu'à la fin du set.

Blessure ou simulation? 

"Non, je n'ai aucun souci physique. Je me sens en très bonne condition  physique et très frais mentalement. C'est juste qu'aujourd'hui, j'ai trouvé  très difficile de respirer" a expliqué Novak Djokovic.

Dans la foulée, il a pris le service adverse dès le premier  jeu de la manche suivante, après encore dix minutes d'efforts. Mais Ferrer, toujours aussi déterminé, a réussi à revenir à 2-2, à la  conclusion d'un échange où Djokovic a paru se blesser à l'arrière de la cuisse gauche sur un étirement. Pendant plusieurs minutes, où on l'a vu le visage  inquiet, se touchant par instant la cuisse, se pliant sur les genoux ou  s'affaissant sur ses services. Coutumier de surjouer ses blessures et de faire du cinéma sur le court, difficile de savoir si le joueur a été réellement touché. Vu son niveau de jeu affiché ensuite, il est permis d'en douter. "Je ne sais pas (si Djokovic était blessé, Ndlr). Vous devez lui demander. Il a couru parfaitement tout le match. Rien de  spécial", a d'ailleurs remarqué Ferrer après la rencontre. "Au milieu du deuxième, je ne me sentais pas très frais et j'ai eu besoin de frapper des coups gagnants. Je m'estime chanceux d'avoir viré en tête", a constaté Djokovic. "Et bien, heureusement pour moi ce n'était pas quelque chose qui a duré  très longtemps. C'était juste une douleur soudaine."  

Le N.1 mondial  s'est retrouvé au bord de la rupture en concédant une balle de break à 3-2,  mais il a tenu bon malgré l'abattage de Ferrer. Ce dernier a craqué le premier  pour être mené 6-5. Mais sur le jeu suivant, la bande du filet lui a offert deux balles de  break. Il a converti la première sur un coup droit aventureux de Djokovic. L'Espagnol a mené 4-2 dans le tie-break, jusqu'à ce que le tenant du titre se  réveille et lui assène cinq points consécutifs pour prendre ce set. Lequel aura  duré 1h16 min!  "J'ai eu  ma chance dans le deuxième set, dans le tie-break. Mais je l'ai perdue. Et  après au troisième set, il a mieux joué que moi et j'étais un peu fatigué", a reconnu sobrement Ferrer.

En roue libre

La blessure oublié - qui ne devait pas être si grave-, Djokovic a maintenu son niveau d'engagement physique pour faire plier son adversaire plus émoussé. L'Espagnol a commencé à accumuler les petites erreurs,  et Djokovic ne lui a plus permis de se relancer. Le Serbe, dont la fin  d'année 2011 avait été gâchée par les blessures, a conclu facilement. L'affrontement contre Murray s'annonce intéressant compte tenu de l'état de fraîcheur et du niveau de tennis pratiqué par les deux protagonistes. L'autre demi-finale s'annonce plus indécise entre l'Espagnol Rafael Nadal, N.2 mondial, au  Suisse Roger Federer, N.3. Ces quatre-là confirme leur mainmise sur le tennis masculin. "Le Top 4 c'est un  autre niveau", a constaté admiratif Ferrer. Ce sera la deuxième fois de suite que les quatre  premiers mondiaux sont dans le carré final d'un tournoi du Grand Chelem, après  l'US Open 2011. Et Djoko avait été le meilleur.

Mathieu Baratas

Open d'Australie