Novak Djokovic
Novak Djokovic | MARWAN NAAMANI / AFP

Djokovic comme Nadal et Federer ?

Publié le , modifié le

Novak Djokovic tentera à partir de lundi de remporter son quatrième Open d’Australie consécutif, le cinquième en tout. Il rejoindrait au palmarès les légendes Bjorn Borg, Pete Sampras, Roger Federer et Rafael Nadal, les seuls à avoir pu enlever quatre fois de suite le même tournoi du Grand Chelem dans l’ère Open. Un challenge à la hauteur du personnage.

Novak Djokovic s’était fixé tout petit l’objectif de devenir numéro 1 mondial. Le Serbe y est parvenu et il a même réalisé une saison 2011 extraordinaire qui a en partie comblé sa soif de succès et de gloire.

Passe de quatre inédite à Melbourne Park

Sûr de son talent et conscient du rang qu’il peut occuper dans l’histoire du tennis, le Belgradois peut écrire un nouveau chapitre de son épopée à l’occasion de l’Australian Open qui débute lundi à Melbourne.

Il s’agit tout simplement de triompher une quatrième fois en quatre éditions sur la Rod Laver Arena, ce que personne n’a réussi jusqu’ici (Andre Agassi et Roger Federer sont co-recordmen des victoires en Australie avec Djokovic, quatre sacres).

De Borg à Nadal

Une nouvelle couronne dans l’Ile continent et le numéro 2 mondial rejoindrait des stars de son sport dans l’Histoire de la petite balle jaune : depuis le début de l’ère Open en 1968, seuls quatre phénomènes sont parvenus à s’approprier un Majeur quatre fois consécutivement : Bjorn Borg (Roland-Garros de 1978 à 1981 et Wimbledon de 1976 à 1980), Pete Sampras (Wimbledon de 1997 à 2000), Roger Federer (Wimbledon de 2003 à 2007 et l’US Open de 2004 à 2008) et Rafael Nadal (Roland-Garros de 205 à 2008 et de 2010 à 2013).

Novak Djokovic prétend appartenir à cette caste et il compte bien le démontrer sous le soleil austral durant la quinzaine qui s’annonce. Désormais accompagné de Boris Becker (lauréat à Melbourne en 1991 et 1996), l’ancien numéro 1 mondial a probablement le jeu idéal pour cette surface dure assez rapide. Il espère s’adjuger ici son septième grand titre n’en déplaise à Nadal, Federer et autres Murray. Il sera alors grand temps de se tourner vers son obsession ultime : triompher sur la terre ocre parisienne.