Kim Clijsters Open d'Australie
Kim Clijsters atteint la finale de Melbourne pour la seconde fois de sa carrière | AFP - PAUL CROCK

Clijsters sans effort

Publié le , modifié le

Kim Clijsters n'a pas eu à puiser dans ses réserves pour écarter la Russe Vera Zvonareva en demi-finales à Melbourne. La Belge s'impose 6-3, 6-3 et disputera sa seconde finale de l'Open d'Australie samedi. Elle affrontera Li Na. La Chinoise est venue à bout de la numéro un mondiale Caroline Wozniacki (3-6, 7-5, 6-3). En quête d'une première couronne, la Danoise s'était pourtant procuré une balle de match dans le 2e set.

L'une s'en va, l'autre continue sa route. Alors que sa compatriote et ancienne rivale Justine Henin a annoncé, mercredi, qu'elle mettait un terme définitif à sa carrière après avoir également tenté son come-back, Kim Clijsters continue sa remontée vers les sommets. Pour la seconde fois de sa carrière, elle disputera la finale de l'Open d'Australie. La première, c'était en 2004, battue par la Wallonne (6-3, 4-6, 6-3). Cette dernière ne sera plus là pour lui barrer la route.

Depuis son retour à la compétition mi-2009, Kim Clijsters semble inarrêtable. 2010 avait confirmé son retour au premier plan. 2011 démarre sur les chapeaux de roues. Pour la première fois de sa carrière, la Flamande peut remporter une autre levée du Grand Chelem qui en soit pas l'US Open où elle s'est imposée à trois reprises (2005, 2009, 2010). Dans un tennis féminin en quête de certitudes et de leaders, elle pourrait devenir ce fer de lance qui lui fait actuellement défaut. "Je suis contente de la manière dont j'ai joué, notamment d'avoir su élever mon niveau. Aujourd'hui, j'ai été capable de rester agressive tout le match, sans commettre trop de fautes et en lui mettant beaucoup de pression", se félicite la Belge.

En demi-finales à Melbourne jeudi, comme en finale à New York, elle n'a fait qu'une bouchée de la tête de série n°2 Vera Zvonareva (6-3, 6-3). Plus puissante et plus agressive, Clijsters a fait étalage d'une déconcertante facilité pour dominer la Russe grâce à une meilleure efficacité sur les points importants. C'est notamment sur le second service que la Belge a fait la différence (56% de points gagnants contre 28%). Menée dans chaque set, même si elle revint à 4-3 dans la seconde manche avec des balles de 4-4, la Moscovite n'a jamais réussi à faire basculer la rencontre en sa faveur et s'arrête aux portes de la finale, comme l'an dernier. "J'ai essayé de m'accrocher. Je savais ce que je devais faire mais elle réussissait très bien tous ses coups. Peut-être que je n'ai pas su saisir ma chance", regrette la Russe tout en reconnaissant avoir tirer "du positif de tout cela."

Wozniacki n'y arrive toujours pas

S'il ne lui a fallu qu'un peu plus d'une heure pour atteindre la finale, Clijsters devra se méfier en finale de la Chinoise Li Na. Impressionnante depuis le début de la quinzaine australienne, elle a confirmé son excellente forme en écartant la numéro un mondiale, Caroline Wozniacki, dans l'autre demi-finale (3-6, 7-5, 6-3). Toujours en quête d'un titre en grand chelem, la Danoise a raté le coche dans le 2e set, incapable de concrétiser une balle de match et laissant ainsi son adversaire revenir dans la partie avant de prendre le large dans la dernière manche. "Parfois dans le tennis, une seule balle peut tout changer. Je ne l'ai pas converti. A partir de ce moment-là, elle a été meilleure que moi dans les moments importants. Et elle a remporté le point le plus important, le dernier", analyse Wozniacki. "Je pense avoir fait les bonnes choses au bon moment. C'est assez dur de digérer cette défaite."

Pourtant tout avait plutôt mal débuté pour Li Na, sans doute stressée par l'enjeu et qui offrait le 1er set à son adversaire en commettant beaucoup trop de fautes directes (17 contre 4). Coupable de cinq double fautes et 51 fautes directes, la joueuse asiatique est bien heureuse d'avoir surmonté pareil handicap. Mais ses 102 points gagnants auront eu raison de sa rivale. "Quand j'ai sauvé la balle de match, je me suis dit que j'avais une chance", admet Li Na. "Etre en finale, c'est une bonne expérience de vie. Beaucoup de joueurs n'arrivent jamais en finale d'un tournoi du Grand Chelem. Maintenant j'y suis et je pense pouvoir bien faire ces deux prochains jours".

Demi-finaliste l'an dernier, elle accède à l'échelon supérieur cette année, à bientôt 29 ans. Une première pour son pays et une consécration tardive pour la Chinoise qui avait mis sa carrière en suspens deux ans pour reprendre ses études. Deux carrières en parallèle entre Li Na et Kim Clijsters, mais pas encore un palmarès identique. Car c'est bien la Belge qui pourrait signer une troisième victoire consécutive dans les trois derniers tournois importants disputer (US Open, Masters, Open d'Australie). Une chose est déjà sûre pour elle: elle sera la nouvelle dauphine de Wozniacki lundi avant peut-être un retour qui semble programmé au sommet de la hiérarchie féminine.

Simple dames (demi-finales):
Li Na (CHN/N.9) bat Caroline Wozniacki (DEN/N.1) 3-6, 7-5, 6-3
Kim Clijsters (BEL/N.3) bat Vera Zvonareva (RUS/N.2) 6-3 6-3