Edouard Roger-Vasselin
Le joueur français Edouard Roger-Vasselin | AFP - PAUL CROCK

Chardy tombe face à Ferrer

Publié le , modifié le

Quart de finaliste l'an dernier, Jérémy Chardy s'est arrêté au 3e tour face à l'Espagnol tête de série N.3, David Ferrer. Une défaite en trois sets 6-2, 7-6 (7/5), 6-2 et le sentiment d'avoir gâché trop d'occasions notamment lors du second set perdu au tie-break. Au prochain tour, l'Espagnol affrontera l'Allemand Floran Mayer. Edouard Roger-Vasselin a lui aussi pris la porte en cinq sets face au Sud-Africain Kevin Anderson après avoir mené deux sets à rien (3-6, 4-6, 6-3, 7-6 (7/5), 7-5).

Déjà bourreau du Français en Grand Chelem à Wimbledon (2010) et Roland-Garros (2009), David Ferrer a éliminé le Français à l'Open d'Australie. Sans contestation possible. Avant un éventuel affrontement à l'US Open, l 'Espagnol mène désormais 4 victoires à 1 contre un Chardy qui n'a pas trouvé la solution pour déborder la tête de série N.3. Car Ferrer présente toujours la même équation à ses adversaires : solide à l'échange, sans coup faible, marathonien, il est la régularité personnifiée. Face à lui, il n'y a pas de place pour l'à-peu près et surtout il faut savoir concrétiser quand on en a l'occasion. Le 31e joueur mondial n'a pas respecté ses deux règles. Il a commis deux fois plus de fautes directes de l'Espagnol (51 contre 24) et surtout, il regrettera ces cinq balles de set manquées durant la 2e manche, dont trois sur son service. Il a également mené 4-1 dans le tie-break et a vu l'un de ses retours être jugé dehors pour quelques millimètres à 5-5. "Je me suis peut-être un peu précipité. Lui a quand même bien joué tous les points. Le seul regret que j'ai c'est que je n'ai pas eu le souvenir d'avoir mis une seule première (balle de service)", a regretté Chardy au sujet de ces balles de set.

Tout simplement plus fort

Il avait pourtant réussi dans ce set à rivaliser avec Ferrer, en serrant le jeu et en commettant moins d'erreurs sur son revers que l'Espagnol s'était appliqué à pilonner au premier set, avec succès. "Au premier set, il a bien joué, il était plus fort que moi", a constaté le Français. "A la fin du premier, je me suis dit que si ça continuait comme ça, ça allait vite défiler. Il ne rate presque jamais, donc il faut essayer de le dérégler un peu. J'ai essayé de venir au filet." Chardy, quart de finaliste l'an passé à Melbourne, a ensuite lâché prise dans le troisième set, en laissant l'Espagnol prendre très vite les devants. "J'ai fait un bon tournoi", a-t-il estimé. "J'ai bien joué. Aujourd'hui encore, j'ai bien joué. Après il était plus fort que moi aujourd'hui." Le constat est là, implacable. Et pour la 15e fois de suite, David Ferrer se hisse en 8e de finale d'un Grand Chelem. Toujours cette régularité.

Roger-Vasselin peut s'en mordre les doigts

Le Français, 40e mondial, ressassera longtemps les occasions manquées. A 30 ans, il avait une occasion en or de se hisser en 8e de finale d'un Grand Chelem pour la première fois de sa carrière. Après avoir mené deux sets à zéro face à Kevin Anderson, le Français a finalement sombré en cinq après 3h54 de combat. Solide et intraitable durant deux sets, il a baissé le pied à partir du 3e subissant la foudre au service du géant Sud-Africain (27 aces). Dans le tie-break du quatrième set, il se rappellera avoir mené 4-0 avant de le perdre 7-5. Tout comme il se rappellera avoir réussi son premier break depuis 1h30 à l'entame du cinquième set et avoir servi pour le match.

Mais là encore, il a flanché à l'image de cette volée trop longue lors du premier échange qui a été déterminant. Débreaké sur un jeu blanc, il a perdu les trois derniers et le match laissant Anderson filer en 8e pour y affronter la tête de série n°7, le Tchèque Tomas Berdych. "Il y a beaucoup de déception et de frustration. Je suis un peu déçu parce que j'ai eu un petit coup de mou au troisième set. J'ai eu un gros coup de chaud d'un coup et je n'ai plus pu jouer pendant deux jeux. Et ça lui a permis de se remettre dedans" a assuré le Français. Quart de finaliste lors des trois dernières éditions, Berdych a facilement dominé le Bosnien Damir Dzumhur, 188e mondial, en trois sets 6-4, 6-2, 6-2.

Le tableau masculin de l'Open d'Australie

Benoit Jourdain @BenJourd1

Open d'Australie