Eugénie Bouchard
La Canadienne Eugénie Bouchard | AFP - MANAN VATSYAYANA

Bouchard retrouvera Sharapova en quarts à Melbourne

Publié le , modifié le

Pour la première fois de la quinzaine, Eugénie Bouchard, demi-finaliste l'an dernier, a été bousculée, en quarts de finale de l'Open d'Australie. la Roumaine Irina-Camelia Begu l'a poussée aux trois manches (6-1, 5-7, 6-2). La Canadienne de 20 ans retrouvera, comme en demi-finale de Roland-Garros 2014, la Russe Maria Sharapova. L'ancienne N.1 mondiale a été beaucoup plus tranquille pour écarter la Chinoise Peng Shuai 6-3, 6-0. Idem pour Simona Halep (N.3), tombeuse de la Belge Wickmayer 6-4, 6-2.

.Le nouveau duel entre la Russe et la Québécoise sera l'une des principales  affiches du prochain tour. En juin, à Roland-Garros, les comparaisons n'avaient cessé de fleurir entre  les deux joueuses, les observateurs qualifiant Bouchard de "nouvelle Sharapova". Plastique avantageuse, chevelure blonde, talent précoce, sens aigu de la  communication, elles ont un certain nombre de points en commun. Mais Bouchard, âgée de 20 ans, a toujours dit qu'elle voulait se faire un  nom en restant "elle-même". Et ce, en dépit de son admiration pour la superstar russe qu'elle avait  rencontrée pour la première fois à l'âge de 8 ans, à Miami, quand "Masha" n'en  avait encore que 15.

Sharapova avait eu elle-même à souffrir des comparaisons à ses débuts.  "Pendant des années, on m'a comparée à Anna Kournikova. C'est comme ça. Cela  fait partie du jeu, du business. Je peux le comprendre même si j'avais toujours  dit que je voulais devenir la +première Maria Sharapova", a expliqué la N.2  mondiale, après son large succès contre Peng Shuai, 22e. Leur nouveau duel mardi marquera l'opposition entre deux mondes du tennis. D'un côté Sharapova, 28 ans, représente une superpuissance, arrivée dans le  gratin mondial il y a onze ans lorsqu'elle avait remporté le premier de ses  cinq titres du Grand Chelem à seulement 17 ans à Wimbledon. De l'autre, Bouchard incarne la relève du tennis féminin qui rêve de  renverser la hiérarchie établie par son aînée et l'éternelle Serena Williams. "C'est une grande compétitrice qui prend la balle très tôt et aime dicter  les échanges. Elle joue très agressif et vise beaucoup les lignes. C'est grâce  à cela qu'elle fait souffrir autant de joueuses", observe Sharapova au sujet de  la Canadienne.

La revanche ?

   
Menée 1 set à 0 à Roland-Garros, la Russe avait dû s'employer pour  renverser la situation et finalement l'emporter 4-6, 7-5, 6-2. Deux jours après ce match "très difficile", l'ex-N.1 mondiale, avait  conquis le deuxième trophée de sa carrière à Paris en battant la Roumaine  Simona Halep en finale, également en trois sets. Bouchard était "forcément déçue" après cette rencontre où elle "(n'avait)  pas toujours évolué à son meilleur niveau". "Mais on joue rarement son meilleur tennis, peut-être 10% de l'année  seulement. Je me rappelle que je n'était pas passée très loin. J'avais eu des  occasions. Donc c'est motivant (pour le prochain match)", a-t-elle expliqué,  après son succès un peu étriqué contre Irina-Camelia Begu, 42e mondiale. Partie sur les chapeaux de roue, la Québécoise a eu un coup de mou après  avoir mené 3-0 dans le deuxième set, permettant à son adversaire de recoller à 1 set partout. Mais elle a retrouvé ses esprits et son agressivité pour  l'emporter.

Quart de finaliste ici-même l'an dernier, Simona Halep se retrouve encore à ce stade. Yanina Wickmayer n'a pas pu offrir une intense résistance, concédant des breaks rapidement dans chaque set. La Roumaine s'impose 6-4, 6-2 en 1h19 de jeu.

AFP

Open d'Australie