David Nalbandian serre la main de Roger Federer en 2004 à Melbourne
David Nalbandian serre la main de Roger Federer en 2004 à Melbourne | TORSTEN BLACKWOOD / AFP

2004, l’Open d’Australie qui marque le début du règne de Roger Federer

Publié le , modifié le

Roger Federer est devenu numéro 1 mondial pour la première fois il y a 11 ans, au lendemain de l’Open d’Australie qu’il a remporté contre Marat Safin. C’est lors de cette quinzaine que le Suisse a pris conscience de sa réelle valeur, en écartant notamment Lleyton Hewitt et David Nalbandian, deux bourreaux de ses jeunes années.

Roger Federer adore Melbourne Park. Il n’y a qu’à voir la liste de ses tombeurs depuis sa première participation en l’an 2000 pour constater que le Bâlois n’a jamais perdu face à des seconds couteaux : Arnaud Clément à deux reprises dans ses jeunes années, Tommy Haas, David Nalbandian, Marat Safin, Novak Djokovic (deux fois), Rafael Nadal (trois fois) et Andy Murray. A Roland-Garros, le Maestro s’est incliné face à Luis Horna ( ! ) ou Ernest Gulbis. A Wimbledon contre Serhiy Stakhovsky. A New York devant Max Mirnyi.

Roi de la Rod Laver Arena

Federer reste surtout sur 11 demi-finales consécutives en Australie, l’Open qui lui réussit le mieux depuis onze ans en termes de régularité : 4 victoires, une finale et six demi-finales, voilà qui parle. En atteignant de nouveau le dernier carré cette saison, l’homme aux 17 levées du Grand Chelem égalerait le record établi par Jimmy Connors (12 fois de suite –minimum- en demies de l’US Open, de 1974 à 1985).

Mais Melbourne est avant tout le tournoi qui l’a propulsé dans une autre dimension entre la fin janvier et le 2 février 2004, date de son premier jour au sommet du tennis mondial, au lendemain de son premier sacre aux Antipodes. Plus que la consécration face au revenant Marat Safin (7-6, 6-4, 6-2), c’est au cours de ses trois précédents matches que Roger est devenu Federer. 

De bêtes noires à victimes du Maître

En huitièmes de finale, le Suisse a sorti Lleyton Hewitt en quatre sets (4-6, 6-3, 6-0, 6-4) alors qu’il n’avait dominé l’Australien que deux fois sur sept auparavant. Ce succès lui a procuré d’autant plus de joie qu’il s’était incliné au même endroit en septembre 2003 en demi-finales de la Coupe Davis. Federer avait mené deux manches à rien avant de perdre 5-7, 2-6, 7-6, 7-5, 6-1 contre son rival survolté par la quête du Saladier d’argent.

Dans la foulée, lors d’un quart de finale superbe, le lauréat de Wimbledon 2003 allait parvenir à terrasser David Nalbandian, l’autre joueur qui lui posait les plus gros problèmes jusque-là. Mené cinq victoires à une, Federer avait notamment perdu deux huitièmes de finale en Majeurs face à l’Argentin : en 2002 au terme d’une partie très disputée sur la Rod Laver Arena (6-4, 3-6, 6-1, 1-6, 6-3) puis à New York huit mois plus tard (3-6, 7-6, 6-4, 6-3). Une défaite qui avait coûté cher à Federer puisque l’Helvète avait été devancé de justesse par Andy Roddick pour le trône en fin de saison*.

En demi-finales, Roger Federer régalera avec une démonstration contre le lauréat de Roland-Garros, Juan Carlos Ferrero (6-4, 6-1, 6-4). Avant cette rencontre, les deux joueurs se partageaient les succès (3-3 dont une victoire pour l’Espagnol dans leur seul affrontement en Grand Chelem, en 2000 à l’US Open, 7-5, 7-6, 1-6, 7-6). Après cela, Federer n’a plus jamais perdu contre Ferrero (10-3 au total). Contre Hewitt et Nalbandian, le bilan a également largement tourné en sa faveur, respectivement 18-9 et 11-8 (11-2 et 10-3 à partir de Melbourne 2003). Federer avait vaincu le signe indien. Il s’était métamorphosé en boss du circuit. Pour quelques années…

*Aujourd’hui, Pete Sampras reste le seul à avoir terminé la saison numéro 1 à six reprises, de 1993 à 1998. Roger Federer compte lui cinq premières places en fin d’année (de 2004 à 2007 et en 2009), comme Jimmy Connors (de 1974 à 1978).

Résultats de Roger Federer à Melbourne

2000 : défaite au 3e tour contre Arnaud Clément (6-1, 6-4, 6-3)

2001 : défaite au 3e tour contre Arnaud Clément (7-6, 6-4, 6-4)
2002 : défaite en 8e de finale contre Tommy Haas (7-6, 4-6, 3-6, 6-4, 8-6)
2003 : défaite en 8e de finale contre David Nalbandian (6-4, 3-6, 6-1, 1-6, 6-3)
2004 : victoire contre Marat Safin (7-6, 6-4, 6-2)
2005 : défaite en demi-finale contre Marat Safin (5-7, 6-4, 5-7, 7-6, 9-7)
2006 : victoire contre Marcos Baghdatis (5-7, 7-5, 6-0, 6-2)
2007 : victoire contre Fernando Gonzalez (7-6, 6-4, 6-4)

2008 : défaite en demi-finales contre Novak Djokovic (7-5, 6-3, 7-6)
2009 : défaite en finale contre Rafael Nadal (7-5, 3-6, 7-6, 3-6, 6-2)
2010 : victoire contre Andy Murray (6-3, 6-4, 7-6)
2011 : défaite en demi-finale contre Novak Djokovic (7-6, 7-5, 6-4)
2012 : défaite en demi-finale contre Rafael Nadal (6-7, 6-2, 7-6, 6-4)
2013 : défaite en demi-finale contre Andy Murray (6-4, 6-7, 6-3, 6-7, 6-2)
2014 : défaite en demi-finale contre Rafael Nadal (7-6, 6-3, 6-3)