Rafael Nadal
Rafael Nadal à la recherche d'efficacité sur son coup droit | Daniel Bockwoldt / DPA / dpa Picture-Alliance/AFP

Nadal s'est encore fait peur

Publié le , modifié le

Rafael Nadal a battu le Tchèque Jiri Vesely et s'est qualifié pour les quarts de finale du tournoi de Hambourg (6-4, 7-6). Pour la manière, en revanche, il faudra encore patienter. Encore nerveux dans les moments-clés, l'Espagnol apparaît clairement en manque de confiance. Pablo Cuevas, tombeur de Jerzy Janowicz, l'attend pour une place en demi-finale.

Quand la tête n'y est pas, les coups restent dans la raquette. Ce constat, Rafael Nadal l'a encore fait face à Jiri Vesely. Le 45e mondial n'aurait pas dû représenter une menace tangible pour un Nadal ne serait-ce que moyen sur terre battue. Certes, le Tchèque possède un bon service mais cela n'aurait pas dû contrarier le Majorquin à ce point. Toujours fâché avec sa longueur de balle, à la peine au service (7 double fautes), Nadal a eu toutes les peines du monde à se défaire de cet adversaire coriace, qui sentait bien que l'ex-terreur de l'ocre était devenu un joueur pas ordinaire mais presque. Reste que, sur quelques passings et dans la volonté, l'Espagnol est toujours là et impose le respect. 

Le problème, et Nadal le reconnaît lui-même, est que son bras se crispe lorsque la tension devient plus grande. Exemple sur les balles de break. Le désormais 10e joueur mondial s'en est bien procuré 13 mais il n'en a converties que 5. De même, au moment de conclure, il a été de nouveau rattrapé par la pression. Alors qu'il s'octroie une balle de match sur son service à 5-4, il se saborde et deux double fautes offrent le debreak à Vesely. Par bonheur pour lui, Nadal parvient à se ressaisir dans le tie-break, qu'il remporte 7 points à 2 en se montrant enfin conquérant. Mais le bilan statistique à la fin du match n'est toujours pas rassurant : 33 fautes directes pour l'Espagnol. Presque trop gros pour être vrai. 

Julien Lamotte