Novak Djokovic
La rage de vaincre de Novak Djokovic | AFP - GLYN KIRK

Nadal échoue encore face à Djokovic

Publié le , modifié le

La finale du Masters entre les deux meilleurs joueurs du monde n'a pas permis à Rafael Nadal de remporter pour la première fois cette épreuve. Commettant énormément de fautes, l'Espagnol a été dominé par Novak Djokovic 6-3, 6-4 en 1h35. Le Serbe remporte pour la troisième fois le Masters (après 2008 et 2012), mais demeure N.2 mondial derrière "Rafa", qui mène encore leurs duels par 22 à 17. C'est la 22e victoire de rang du Serbe (plus défait depuis la finale de l'US Open) et son 4e titre de suite en cette fin de saison (Pékin, Shanghaï, Bercy, Masters).

C'était la deuxième fois que Rafael Nadal se retrouvait en finale du Masters. Mais la deuxième n'est toujours pas la bonne. Vainqueur de tous les tournois du Grand Chelem, il n'a toujours pas conquis le tournoi des Maîtres, alors que Novak Djokovic, son dernier adversaire, vient de conquérir son troisième. Mais il manque toujours au Serbe le trophée à Roland-Garros. Chacun porte sa croix... Toute relative, bien sûr.

Ce choc entre les deux meilleurs du monde n'a pas atteint les sommets espérés. Le N.1 mondial n'a jamais hissé son niveau à la hauteur de ses précédents matches. Lui qui avait fait un sans-faute jusque-là à Londres, et battu ainsi pour la première en indoor Roger Federer, en demi-finales, n'a pas résisté. Contrairement à ses habitudes, son entame de match était catastrophique. Des fautes, un peu plus lent qu'à l'accoutumé, il a juste marqué un point sur son premier jeu de service avant de le céder (2-0). En douze minutes, il était mené (3-0). Mais après avoir sauvé une balle de double break au quatrième jeu, il conservait son engagement (3-1) et prenait même celui de Novak Djokovic, fautif sur la troisième occasion de l'Espagnol. Après une demi-heure de jeu, les deux hommes étaient dos à dos (3-3). Et au 8e, que le N.2 mondial creusait de nouveau l'écart. Il était bien aidé par les deux doubles-fautes de l'Ibère, et il réalisait le break sur un point somptueux, où il lobait son adversaire venu faire service-volée, avant de réaliser une amortie pour finir à la volée (5-3). En 44 minutes, il s'emparait du set (6-3), en ayant délivré 11 coups gagnants (contre 3 à Nadal), en ayant remporté 7 points sur 10 montées au filet (contre 2/4 à Nadal) et surtout connu 73% de réussite en 1ère balles (contre seulement 58 à Nadal).

Djokovic invaincu depuis l'US Open

Dans la deuxième manche, la différence ne faisait que s'accentuer. Sans ressort, sans répit, sans puissance et manquant de temps pour délivrer son lift, Rafael Nadal était aussi abandonné par son service. Le N.1 mondial résistait mais ne parvenait pas à renverser la vapeur. Au deuxième jeu, sur sa troisième occasion, Novak Djokovic faisait le break (2-1). Et il enchaînait par un jeu blanc. Au 7e jeu, il avait de nouveau deux balles de break, mais l'Espagnol les sauvait (4-3). Et à (5-3), il se procurait une balle de match sur service adverse, mais Nadal faisait preuve d'un sacré orgueil pour l'écarter de très belle manière (5-4). Menant 30-0, le Serbe voyait revenir son rival à 30A, mais il se procurait une deuxième balle de match sur un retour decentré. Elle était encore sauvée d'un magnifique passing-shot de revers en bout de course. Mais "Nole" sortait son 6e ace sur le T, pour bénéficier d'une 3e balle de match. La bonne sur une attaque de revers légèrement dans le couloir de Nadal. Comme Ilie Natase (1971, 1972, 1973), Djokovic remportait ses trois premières finales au Masters, et pour son 3e match contre Nadal dans cette épreuve, il égalisait à (2-2).

Si Rafael Nadal a subtilisé la place de N.1 mondial à Novak Djokovic à Pékin, c'est ce dernier qui a fini la saison en boulet de canon. Et qui a enregistré un deuxième succès consécutif contre l'Espagnol, après l'avoir déjà battu en deux manches en finale à Pékin, en septembre. Il vient d'enchaîner sa 22e victoire de suite, et son quatrième trophée consécutif. La perte de sa place de N.1 mondial n'a vraiment pas atteint moralement le Serbe, bien au contraire. Et il a encore une belle opportunité de parfaire sa fin de saison, avec la finale de la Coupe Davis contre la République tchèque à Belgrade. La possibilité de soulever pour la deuxième fois ce trophée devant son public, et en même temps grappiller quelques points supplémentaires au classement sur Nadal, voilà de quoi ne pas lui donner de regrets de n'être pas encore en vacances.

Un seul tournoi indoor au palmarès de Nadal​

Quant à Rafael Nadal, revenu de 7 mois d'absence en février dernier, il finit la saison logiquement fatigué. Et comme toujours, le Masters n'est pas son épreuve. Lui qui ne l'a toujours pas remporté, reste avec un seul titre en indoor dans sa carrière, à Madrid en 2005. Entre les deux hommes, la lutte pour la place de N.1 mondial va reprendre dès janvier 2014. Et elle promet d'être belle et encore intense, dès l'Open d'Australie où le Serbe tentera de décrocher le record (de l'ère Open) de 5 victoires à Melbourne, et où l'espagnol tentera de remporter au moins deux fois chaque tournoi du Grand Chelem.

Vidéo : la victoire de Djokovic en finale du Masters

Voir la video