Roger Federer et Rafael Nadal
Roger Federer croise Rafael Nadal | AFP - CARL COURT

Nadal balaye Federer au Masters

Publié le , modifié le

Pour le 32e duel entre eux, Rafael Nadal a remporté sa première victoire sur Roger Federer lors d'un match en indoor. En demi-finale du Masters de Londres, le N.1 mondial a profité des nombreuses fautes du Suisse pour le dominer nettement 7-5, 6-3 (1h19). Cette année, l'Espagnol, qui se qualifie pour la 2e fois de sa carrière pour la finale du Masters, a remporté les quatre affrontements face à l'ancien N.1 mondial. Ce tournoi manque toujours à son palmarès.

Trois balles de break obtenues, trois balles de break transformées. Rafael Nadal n'a rien raté. En 1h19, il n'a commis que 14 fautes directes, contre 32 à Roger Federer. Au terme de cette saison si difficile pour le Suisse, il ne peut que constater la supériorité de son rival habituel. Jamais, jusque-là, il n'avait perdu contre lui en salle. Cette première est intervenue aujourd'hui, dans une épreuve que le Suisse a remportée à six reprises. Et pour la 11e fois en douze participations consécutives, il était en demi-finales. Mais il n'a jamais pu entrevoir la victoire. La défaite semblait inéluctable. 

Dans une épreuve finale qui ne l'a jamais consacrée (une seule finale), Rafael Nadal a déroulé son jeu habituel. Et le Suisse a commis les fautes habituelles. Ce dernier n'a jamais pu mettre en place son jeu offensif qui lui avait notamment permis de venir à bout hier de Juan Martin Del Potro (22 points remportés au filet sur 29 montées). Car l'Espagnol n'est pas n'importe qui. Et ce n'est pas un hasard s'il s'est acheminé vers une 22e victoire en 32 duels. Pilonnant le revers adverse, il a récolté les fruits de sa campagne de destruction, l'ancien N.1 mondial alternant les bons coups comme les grosses fautes. Comme toujours contre lui. Après avoir bien résisté dans le premier set (il avait refait son break de retard pour égaliser à 5-5 avant de perdre encore son service), Roger Federer a ensuite plié, cédant une troisième fois son engagement sur une volée de revers trop longue. La dernière faute de trop.

Du coup, le 7e mondial ne participera pas à une 9e finale en Masters. Mais il a prouvé en cette fin de saison qu'il était sur le chemin d'un bon retour en terme de niveau de jeu. Après une saison bien terne, il finit sur de bonnes notes et peut se projeter avec un peu plus d'optimisme vers 2014. Mais Novak Djokovic et Rafael Nadal semblent avoir pris (définitivement ?) une longueur d'avance. L'Espagnol, pour sa part, poursuit son sans-faute à Londres, et peut aspirer enfin remporter ce dernier grand titre qui manque à son palmarès. Il disputera lundi sa quatorzième finale de l'année en 16 tournois, sa 85e en carrière, où  il visera un onzième titre en 2013, ce qui lui permettrait d'égaler son record  de 2005.

Réactions

Rafael Nadal:"Roger a joué de manière très agressive, au début son service était  très performant, il était plus près que moi d'avoir le break dans le premier  set. Mais j'ai su gagner les points importants. Pour moi, l'indoor représente  la surface la plus difficile. Gagner quatre matches de suite contre des joueurs  du Top 8 c'est fantastique, une très belle manière de terminer l'année. Il me  reste un match à jouer, j'espère être prêt. Je n'ai encore jamais gagné ce  tournoi. Ce serait formidable de le gagner. Mais il reste beaucoup de travail,  le match le plus difficile est celui qui arrive."
   
Roger Federer: "J'ai connu des hauts et des  bas dans ce match, à l'image de ma saison. J'ai des regrets sur mes balles de  break au premier set mais Rafa a été plus solide en général, il mérite sa  victoire. Je n'ai pas su sortir les bons coups au bon moment. Mais je finis la  saison plus fort que je ne le pensais. Même en ne jouant pas mon meilleur  tennis, j'ai réussi à faire finale (à Bâle), demi-finale (à Bercy) et  demi-finale (au Masters), en battant des Top 10 au passage. C'est positif et ça  me donne confiance pour la saison prochaine. J'ai joué beaucoup au tennis ces  trois dernières semaines et j'ai tenu le choc. Agassi, sur la fin de sa  carrière, ne jouait plus autant."

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze