Monfils us open 04092010
Gaël Monfils | AFP-Bello

Monfils et Gasquet au rendez-vous

Publié le , modifié le

Sur les quatre Français engagés ce samedi au 3e tour de l'US Open, Gaël Monfils s'est le premier qualifié pour les 8e en dominant le Serbe 7-6 (4), 6-7 (4/7), 6-2, 6-4. En 8e, il affrontera un certain Richard Gasquet qui a dominé le Sud-africain Kevin Anderson 6-4 7-6 (3) 7-5. Arnaud Clément a finalement dû s'incliner en cinq sets face à Mardy Fish. Paul-Henri Mathieu n'a pas créé l'exploit contre Federer, perdant 6-4, 6-3, 6-3.

LE TABLEAU DE L'US OPEN

Il aura fallu 3 heures 42 minutes à Gaël Monfils pour obtenir le droit d'atteindre les huitièmes de finale, où il rencontrera son compatriote Richard Gasquet ou le  Sud-Africain Kevin Anderson. Vainqueur surprise d'Andy Roddick au 2e tour, Tipsarevic a demandé à plusieurs reprises des soins, notamment à la cuisse gauche et sous un pied. Avec pas moins de 68 montées au filet, le Parisien a dominé physiquement son adversaire. A 24 ans, l'actuel 19e joueur mondial se qualifie ainsi pour la 3e fois d'affilée pour les 8e de finale de Flushing Meadows.

"Les conditions n'étaient pas faciles, j'ai eu du mal à m'adapter et je me  suis crispé avec ce vent (fort) mais je suis content d'avoir réussi à m'en  sortir, a déclaré Monfils. Je suis satisfait, sans plus. J'ai essayé de mettre  la balle dans le terrain et de courir, voilà..." Il s'agit de sa première qualification de la saison pour un 8e de finale en  Grand Chelem, après un 3e tour en Australie et à Wimbledon, et un 2e tour à Roland-Garros. Monfils est le premier des six Français présents au 3e tour cette année à  l'US Open, un record de l'ère Open, à atteindre les 8e de finale.

Et Richard Gasquet n'a pas tardé à suivre son compatriote en battant Kevin Anderson 6-4, 7-6 (7/3), 7-5. Les deux Français se retrouveront donc pour une place en quart de finale, ce qui signifie qu'au moins un Français se retrouvera en quart de finale de cette édition 2010 de l'US Open. Gasquet aura l'avantage de s'être moins dépensé sur les courts new-yorkais, lui qui n'a eu besoin que de 2h30 pour s'imposer, et dont le jeu nécessite moins de dépense physique que Monfils. Le Biterrois retrouve ses sensations à Flushing Meadows, avec notamment un retour de service efficace, atteignant de nouveau ce stade de la compétition comme en 2006.

"C'est vrai que je n'ai plus joué de 8e de finale en Grand Chelem  depuis longtemps, mais l'an dernier j'en suis passé très près à l'Open  d'Australie. Les autres, je ne les ai pas joués. Cette année, j'ai eu des  tableaux difficiles et je n'ai pas joué Wimbledon. Le temps passe et il n'y a  pas tant de Grand Chelems que ça...", a déclaré Gasquet.

Paul-Henri Mathieu ne s'attendait pas à un miracle. En quatre affrontements face à Roger Federer, PHM n'avait obtenu qu'une manche de l'ancien N.1 mondial. Cette fois encore, la logique a été respectée et le Suisse n'a visiblement pas été gêné par le vent pour venir à bout du Français. Federer a gagné sa rencontre en trois manches 6-4, 6-3, 6-3, et seulement 1 heure 39 minutes. "Je n'ai pas l'impression d'avoir fait un match de tennis compte tenu des  conditions. Je n'ai pris aucun plaisir à jouer. Je n'avais jamais joué avec autant de vent", a expliqué PHM, ajoutant "j'aurais préféré un autre adversaire que Federer au 3e  tour." En 8e de finale, Federer rencontrera l'Espagnol Juan Carlos Ferrero (N.22) ou l'Autrichien Jurgen Melzer (N.13).

Quant à Arnaud Clément, il n'a pas à rougir de sa défaite en cinq manches contre la tête de série numéro 19, Mardy Fish, un trop gros poisson pour lui même si l'Aixois a bien failli le rapporter dans ses filets. Le serveur américain a le vent en poupe cet été mais ce  même élément a failli lui jouer des tours. Sa  mise en jeu devenant moins assurée ("seulement" 15 aces et 63% de premiers  services, 7 double fautes), le grand Californien s'est montré plus vulnérable. Il s'est toutefois imposé en cinq sets et 3 h 33 min de jeu et retrouvera  Novak Djokovic en 8e de finale. Le Serbe a lui aussi fait fi d'Eole pour s'imposer en deux fois moins de  temps que Fish devant l'Américain James Blake, tombé à la 108e place mondiale. Depuis une entrée en lice souffreteuse contre son compatriote et ami Viktor  Troicki (cinq sets et près de 4 heures de jeu), le Serbe n'a eu aucun mal à  atteindre les 8e de finale, ne prenant qu'un peu plus de 4 h pour éliminer ses  deux adversaires, l'Allemand Philipp Petzschner, 52e mondial, et Blake.

De son côté, Arnaud Clément préférait positiver sur son bon tournoi et féliciter son vainqueur. "Mardy a mieux joué que les dernières fois où on s'était joué. Il bouge mieux,  il défend mieux. Il tire des passings en bout de course. Il a toujours bien  servi, mais aujourd'hui il est plus régulier. Le niveau de jeu était excellent  par rapport aux conditions (très venteuses, ndlr). Je suis très fier de la  manière dont j'ai gardé mon niveau de concentration tout le long. Pour moi le  niveau était excellent. Et je me dis que pour moi, c'est dommage qu'ils aient  ralenti la surface sur 80% des tournois. Je pense avoir mieux joué (contre Fish)  que lors de mes deux précédents matches ici (contre Baghdatis et Schwank).  Maintenant je ne suis pas du tout déçu. Peut être que ça viendra plus tard...  Normalement tu arrives au bout d'une tournée de six semaines (en Amérique du  nord) et tu es content de rentrer. Là, j'aurais bien prolongé... Ce que j'ai  fait ici me rappelle pourquoi j'aime ça et pourquoi je continue l'année  prochaine. La Coupe Davis me branche toujours. Mais il y a énormément de joueurs  français qui jouent très bien en simple et en double. Beaucoup ont eu de bien  meilleurs résultats que moi ces derniers mois. Mais je ne suis pas comme  certains footeux qui me rendent fou en disant: "Je mets fin à ma carrière  internationale".

Dimanche, ce sera au tour de Michaël Llodra et de Gilles Simon de tenter  d'atteindre le Top 16 du dernier tournoi du Grand Chelem de la saison.

Il n'y a pas eu de grande surprise dans la rencontre qui opposait Robin Soderling à Thiemo de Bakker. Le Suédois, tête de série N.5 n'a fait qu'une bouchée du Néerlandais pour s'imposer en trois manches 6-2, 6-3, 6-3. Autre tête de série, autre victoire, mais plus aisée encore. L'Espagnol Albert Montañés (N.21) n'a même pas eu besoin de disputer une troisième manche pour venir à bout de son adversaire, le Japonais Kei Nishikori jettant l'éponge alors qu'il était mené 6-2, 2-1. A noter enfin la victoire de l'Autrichien Jurgen Melzer (N.13), demi-finaliste à Roland-Garros, vainqueur de Juan Carlos Ferrero (N.22), finaliste à Flushing Meadows en 2003 (battu par Roddick), 7-5, 6-3, 6-1.

Romain Bonte