Court de tennis
Une enquête vise des matchs truqués sur les circuits "Challenger" et "Futur" | Kevin C. Cox / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Matchs de tennis truqués : cinq Arméniens inculpés et écroués en Belgique

Publié le , modifié le

Cinq Arméniens ont été écroués en Belgique après leur inculpation notamment pour corruption et blanchiment d'argent, dans le cadre d'une enquête de la justice belge ciblant une organisation criminelle spécialisée dans le trucage de matchs de tennis, a annoncé mercredi le parquet fédéral.

A la suite de treize interpellations effectuées mardi matin, huit personnes "ont été libérées après interrogatoire", a précisé le parquet fédéral dans un communiqué. L'enquête concerne des paris truqués sur les matchs des tournois secondaires (niveaux "Challenger" et "Future"), décrits récemment comme gangrénés par la corruption.

Elle cible "une organisation criminelle belgo-arménienne" utilisant des petites mains pour aller dans des officines de paris miser de l'argent sur des matches au résultat préalablement convenu, de manière à "augmenter frauduleusement les gains de paris", avait expliqué mardi le parquet.

Revoir l'enquête de Stade 2 sur le fléau des matchs truqués en tennis : 

Après les auditions des treize suspects entamées mardi, cinq mandats d'arrêt ont été décernés par le juge d'instruction de la région de Gand (nord-ouest) en charge du dossier. Ils concernent cinq hommes âgés de 27 à 54 ans, "tous de nationalité arménienne", selon le parquet fédéral qui les présente avec leur prénom, l'initiale de leur nom et leur date de naissance.

Les cinq hommes ont été "inculpés de corruption, de blanchiment d'argent, de faux en écriture et d'appartenance à une organisation criminelle", précise le communiqué. "Au total, environ 250.000 euros ont été saisis lors de l'action en Belgique. De plus, plusieurs supports et documents ont été emportés pour analyse", ajoute-t-il. L'agence européenne Europol, qui a soutenu l'opération policière menée mardi dans six pays européens (France, Belgique, Pays-Bas, Bulgarie, Slovaquie et Allemagne) et aux Etats-Unis, a évoqué de son côté la saisie d'espèces, de téléphones portables et d'ordinateurs.

AFP