Rafael Nadal et Novak Djokovic
46e duel entre Rafael Nadal et Novak Djokovic | AFP

Masters: Djokovic-Nadal: match à bascule

Publié le , modifié le

Les succès couplés de Rafael Nadal sur Andy Murray et de Roger Federer sur Novak Djokovic ont offert au public de l’O2 Arena une rencontre qu’il n’attendait pas : un choc entre "Rafa" et "Djoko" en demi-finale du Masters. Le 46e du nom.

Symboliquement, voir un joueur prendre le dessus sur un autre dans les confrontations directes est quelque chose de fort. Novak Djokovic en avait la possibilité mardi face à Roger Federer mais a échoué dans les grandes largeurs (Federer mène désormais 22-21). Face à Rafael Nadal, le Serbe est aussi derrière (23-22). Il finira donc 2015 au mieux à égalité avec lui. Et encore s’il parvient à dominer l’Espagnol en demi-finale du Masters. Et au vu du premier tour, l’affaire n’est pas encore entendue.

Djokovic fatigué ?

Car, Novak Djokovic, auréolé de dix titres cette saison, apparaît fatigué à Londres. Fatigué mentalement surtout car physiquement la machine qu’il est ne connaît que rarement la baisse de régime. Oui mais voilà, dominé par un Federer à l’aiseau Masters, "Djoko" ne s’est pas battu plus que cela. Face à Berdych, il a fini pas triompher aisément mais en se faisant peur dans la première manche face à un adversaire qu’il martyrise régulièrement. Aujourd'hui, de l’autre côté du filet, il y aura Nadal qui se remet à marcher sur ses adversaires. Wawrinka, Murray en ont fait l’amère expérience, Ferrer moins mais le nonuple vainqueur de Roland était déjà qualifié. Et si le moment ou jamais pour Nadal pour retrouver la victoire face au numéro un mondial (trois défaites de rang pour une dernière victoire à Roland-Garros 2014) ?

Important pour 2016

Dans le match à trois entre Djokovic, Federer et Nadal, le Serbe a souvent été l’arme anti-Nadal. Désormais, il est au-dessus de tout le monde (son année 2015 parle pour lui). Et en indoor, on ne donne pas cher de la peau de Nadal. Mais on le sait, on le sent, l’enfant de Manacor est de retour. On le sait aussi friand des duels psychologiques. Face à Djokovic, il est servi et puisqu’il est sur le chemin du retour, autant prendre un avantage à l’orée d’une saison 2016 qu’il espère être celle de la rédemption pour lui.