Zverev

Masters de Londres : Zverev, l'élève passe au rang de maître

Publié le , modifié le

Alexander Zverev est entré dans une nouvelle dimension. A 21 ans, l'Allemand a remporté dimanche le Masters de Londres, ou le tournoi des Maîtres, en dominant le numéro 1 mondial le serbe Novak Djokovic. Lui, qui n'a jamais atteint une demi-finale de Grand Chelem, décroche le plus beau titre de sa carrière. Porte-drapeau de la "Next Gen", il confirme surtout son statut de grand espoir du tennis planétaire, notamment grâce à son nouvel entraîneur Ivan Lendl.

"Zverev écrit l'histoire du tennis", "Zverev, nouveau roi du tennis". La presse allemande n'a pas hésité pour choisir ses titres. De véritables louanges destinées à Alexander Zverev pour sa performance jugée historique. Ce dimanche, le jeune joueur a été sacré à Londres en dominant avec une aisance insoupçonnée le numéro 1 mondial, Novak Djokovic (6-4, 6-3).  A 21 ans, Zverev devient le 7e plus jeune joueur à remporter ce tournoi, à devenir un maître. Le plus jeune depuis... Djokovic, en 2008. 

Avant la finale de ce dimanche, Nole se présentait avec un bilan de 35 victoires sur les 37 derniers matches. Seulement deux revers, face à des membres de cette fameuse "Next Gen" : Stefanos Tsitsipas (20 ans) et Karen Khachanov (22 ans). Mais le triomphe d'Alexander Zverev est le principal fait d'arme de la génération future. Le seul à gagner un titre majeur cette saison, autour des vieux briscards que sont Djokovic, Federer ou Nadal. A Londres, il est devenu le premier à battre Roger Federer puis Novak Djokovic, 34 titres du Grand Chelem en tout, en deux jours. "C'est ahurissant de remporter ce titre en battant coup sur coup deux joueurs comme Roger et Novak, en demi-finale et en finale. Je suis incroyablement heureux et fier", s’exclamait dimanche le vainqueur du Masters. 

"J'espère pouvoir jouer encore mieux au tennis l'année prochaine"

Ce lundi, Alexander Zverev s'est emparé de la quatrième place mondiale, en délogeant Juan Martin Del Potro. Mais aussi en talonnant Roger Federer : seulement 35 poins les séparent. L'Allemand débutera donc la saison prochaine avec ce classement, toutefois pas son meilleur en carrière. C'était en novembre 2017 lorsqu'il se trouvait à la troisième position au ranking ATP.

Désormais élevé au rang de maître, le natif d'Hambourg sera soumis à de grosses attentes notamment lors des quatre tournois du Grand Chelem. Jusqu'à présent, il n'a jamais connu le dernier carré d'une de ces compétitions, se montrant souvent fébrile : seulement un seul quart de finale, à Roland-Garros 2018. " Je vais faire tout mon possible pour m'améliorer, pour toujours rivaliser avec eux (les grands joueur du circuit). Mais j'ai encore beaucoup de choses à améliorer. Je suis encore très jeune. J'espère pouvoir jouer encore mieux au tennis l'année prochaine, même si ça a été une bonne année", affirmait l'Allemand après son sacre. 

Ivan Lendl, le bon choix

Désireux de continuer à grimper dans la hiérarchie, Zverev se forme auprès d'Ivan Lendl. L’entraîneur tchéquo-américain, qui compte huit titres du Grand Chelem comme joueur, a rejoint le clan du jeune de 21 ans, il y a trois mois. Un court laps de temps qui s'est avéré efficace.  Car quelques jours avant la finale, l'Allemand se faisait sécher par Novak Djokovic lors de la phase de poule (6-4, 6-1). "Il (Ivan Lendl) a analysé le match que j'ai joué contre Novak Djokovic il y a quelques jours et m'a dit quelques trucs que je devais faire différemment. J'étais plus agressif aujourd'hui (dimanche). J'ai essayé de prendre la balle plus tôt. Ce genre de choses" confiait Alexander Zverev. Une capacité d'adaptation digne des meilleurs joueurs du tournoi. 

Alexander Zverev et Ivan Lendl.
Alexander Zverev et Ivan Lendl.

Avant Zverev, Ivan Lendl s'occupait d'Andy Murray en 2012 et 2014, puis 2016 et 2017 . Sous sa houlette, l'Ecossais est devenu le meilleur joueur de la planète, à décrocher trois titres du Grand Chelem et le titre olympique en 2012. « L'impact de Lendl sur le jeu a été indiscutable. Il apporte une expérience, un savoir que peu d'autres auraient pu m'apporter, notamment lors des gros tournois », assurait Andy Murray à propos d'Ivan Lendl. Bien plus jeune qu'Andy Murray au moment du début de la collaboration avec Lendl, Alexander Zverev a donc toutes les cartes en main pour encore gravir les échelons.