Alexander Zverev
La satisfaction d'Alexander Zverev | Giuseppe Maffia / NurPhoto

Zverev-Djokovic : Une première et un retour

Publié le , modifié le

Le jeune Alexander Zverev (20 ans) a décroché sa première finale d'un Masters 1000 en dominant l'Américain John Isner (6-4, 6-7, 6-1). L'Allemand y affrontera le revenant Novak Djokovic, vainqueur expéditif de Dominic Thiem (6-1, 6-0).

Cela n'était qu'une question de temps. Tôt ou tard, Alexander Zverev était appelé à se hisser en finale d'un Masters 1000. L'histoire se souviendra que c'est à Rome que le jeune prodige allemand a atteint ce stade. En attendant mieux. Sans diminuer son mérite, il n'en a pas besoin, il est vrai que Zverev a eu un parcours relativement "privilégié" pour en arriver là puisqu'après avoir disposé de Raonic en quart, il s'est défait d'Isner en demi. Soient deux joueurs au profil assez identique de serveur-cogneur mais pas non plus de véritables spécialistes de la terre battue. Face à ce type d'adversaire, Zverez possède assez d'atouts dans sa manche, notamment en retours de services et en longueur de balle, mais aussi 12 aces, 41 coups gagnants, pour imposer son tempo. Il a breaké l'Américain une fois au premier set et deux fois au troisième, sans être lui-même jamais en danger sur son service. Solide, l'Allemand s'est donné le droit d'affronter Novak Djokovic en finale mais, quelque soit l'issue de cette rencontre, Zverev a déjà inscrit son nom au rang des principaux outsiders du prochain Roland-Garros.

Pour le spectacle, il serait souhaitable que Zverev offre une meilleure résistance au Serbe que Thiem en demi-finale. L'Autrichien, tombeur de l'épouvantail Nadal au tour précédent, n'a rien réussi ou presque contre le Serbe. Il est vrai que ce dernier, qui menait déjà 4-0 dans leur confrontations avant la démonstration du soir, ne lui a pas ouvert beaucoup de portes. En moins d'une heure, le "Djoker" s'est amusé face à un adversaire K.O debout et qui n'inscrira que 46% de points derrière sa première balle et 16% derrière sa seconde ! Enfin constant de bout en bout, le numéro 2 mondial a montré des progrès saisissants dans l'attitude comme dans l'efficacité. Ses frappes ont retrouvé toute leur sécheresse et la concentration n'est plus en mode alternatif. La fin de son match contre Del Potro, disputée plus tôt dans la journée, ne l'a pas émoussé. Au contraire même, elle semble avoir décuplé son appétit de tennis. "Djoko" a nouveau faim de tennis et, à quelques jours du rendez-vous à la Porte d'Auteuil, cela rabat quelque peu les cartes.