Un Rafael Nadal tout neuf à Monte-Carlo !

Un Rafael Nadal tout neuf à Monte-Carlo !

Publié le , modifié le

Rafael Nadal n'a pas laissé passer l'occasion de redevenir le maître des lieux au Masters 1000 de Monte-Carlo (terre-battue). L'Espagnol a signé sa 9e victoire en Principauté au terme d'un match très accroché avec le Français Gaël Monfils. L'ancien N.1 mondial s'est imposé en trois sets 7-5, 5-7, 6-0 et s'adjuge son 28e Masters 1000 en carrière, record égalé avec Novak Djokovic.

Cédric Pioline commence de plus en plus à ressembler à Yannick Noah. Le tournoi de Monte-Carlo n'a pas l'aura de Roland-Garros mais en Principauté aussi il faut ressortir des images en 4/3 décrépie pour voir un Français s'imposer. C'était en 2000 et seize ans plus tard Pioline attend toujours son successeur. Gaël Monfils a beau être 16e mondial et avoir figuré un temps dans le top 10, un monde le sépare de Rafael Nadal. L'Espagnol jouait dimanche sa 100e finale sur le circuit ATP et avait l'occasion de revenir à hauteur de Novak Djokovic au nombre de titres en Masters Series (28). Monfils disputait lui sa 24e finale en n'ayant eu que cinq fois l'honneur de soulever la coupe. Tableau débarrassé du N.1 mondial grâce à Vesely, le Français s'est frayé un chemin jusqu'en finale et comptait bien aller jusqu'au sommet du Rocher monégasque. Une seule solution, gagner le défi physique imposé par Nadal.

13 breaks en trois sets

Les premiers échanges donnaient le ton avec des longs rallyes et des frappes surpuissantes. Du très haut niveau où seul le service faisait défaut d'un côté comme de l'autre. Pendant les trois sets du match, chaque serveur a été sous pression. Le nombre de breaks est d'ailleurs très conséquent pour un match de ce niveau (13). Sur la lancée de ses performances face à Wawrinka ou Murray, Nadal a mis une grosse intensité dans ses frappes. Monfils avait choisi de jouer sur son coup droit mais cela n'a pas eu le rendement escompté. L'Espagnol a fait la course en tête dans le premier set sans toutefois parvenir à confirmer ses breaks. Ce n'est plus le grand prédateur qui tuait les matches à chaque occasion. Il fallait une double-faute de Monfils pour que l'Ibère empoche la manche 7-5.

Nadal ne lâche pas sa proie

Ce coup de massue était rendu immédiatement par le Français. Nadal voulait en finir rapidement mais Monfils lui montrait qu'il n'abdiquerait pas. Ou pas tout de suite malgré l'énorme énergie déployée pour faire la différence. Finalement, c'est le Guadeloupéen qui breakait et se détachait 3-1. Nadal revenait plusieurs fois à sa hauteur mais Monfils remettait à chaque fois les gaz. Le Français allait chercher les points dans le money-time et concluait sur un service gagnant (7-5). Cet effort était celui de trop pour Monfils. Touché physiquement, il voyait le 3e set lui échapper sur deux double-fautes. Mis sur orbite, Nadal enfonçait le clou et s'imposait 6-0 sur un magnifique passing de revers. Revoilà l'Espagnol à quelques semaines de Roland-Garros nanti d'un 68e titre. En route pour la "decima" ?

Vidéo : la réaction de Gaël Monfils 

Vidéo : la satisfaction de Nadal 

Xavier Richard @littletwitman

Masters 1000