L'Espagnol Rafael Nadal tout en puissance
L'Espagnol Rafael Nadal tout en puissance | AFP - Filippo MONTEFORTE

Un an après, Nadal reprend le dessus sur Djokovic pour une 10e finale à Rome

Publié le , modifié le

Cela faisait plus d'un an que Rafael Nadal et Novak Djokovic ne s'étaient pas affrontés sur le circuit. En demi-finale du Masters 1000 de Rome, l'Espagnol a remporté un 25e succès contre le Serbe, en 51 rencontres, en s'imposant 7-6 (7/4), 6-3. Mais l'ancien N.1 mondial a montré qu'il était bien de retour, pour sa première demie de l'année. Nadal se qualifie pour la 10e fois de sa carrière en finale à Rome, la première depuis 2014. Il tentera d'y décrocher un 8e sacre romain. Et redevenir N.1 mondial par la même occasion.

Un an sans s'affronter, cela fait long. Très long même pour Rafael Nadal et Novak Djokovic, qui ont pris l'habitude de se croiser très souvent depuis leur premier duel en 2006 à Roland-Garros. Mais entre les blessures de l'un ou de l'autre, leurs retrouvailles s'espacent. A Rome, c'était la première fois depuis leur demi-finale à Madrid en 2017 qu'ils se retrouvaient. A l'époque, l'espagnol s'était imposé en deux manches, prenant sa revanche sur leur précédent duel, joué en 2016 à Rome et gagné par le Serbe également en deux sets.

Au Foro Italico, l'affrontement a repris de belles couleurs. Très belles même. Après avoir éliminé Nishikori hier, "Nole" a montré à tout le monde qu'il avait renoué avec son glorieux passé. Son opération du coude semble bien derrière lui. Pour la première fois de la saison, il a atteint les demi-finales d'un tournoi. Déjà un signe. Face au N.1 mondial, face au roi de la terre battue, il a en plus donné la réplique. Des retours fracassants, des revers courts croisés, un physique à la hauteur, le Serbe n'est plus très loin de son meilleur niveau. Il lui manque encore un peu de confiance pour renouer avec la machine qu'il était.

Nadal gagne une 25e fois en 51 matches

"Rafa" a eu très chaud. Après un jeu décisif remporté au 1er set, il avait réussi à faire le break d'entrée de la 2e manche. Mais Djokovic n'a pas lâché, en témoigne le 8e jeu qui a duré près de dix minutes, finalement remporté par l'Espagnol pour mener (5-3). Ce dernier s'est procuré juste après deux balles de break, en profitant de deux grosses fautes de son adversaire, qui a certainement payé cette débauche d'énergie. Sur la deuxième, il a conclu par une accélération de revers, avec un poing rageur montrant bien son soulagement. 1h56 d'un combat qui permet à Nadal d'atteindre une 10e finale à Rome, et de n'être plus qu'à une victoire derrière le Serbe dans leurs duels (26 contre 25). Un 8e titre est possible, lui qui s'était arrêté en quarts de finale les trois dernières années. Et la place de N.1 mondial pourrait lui revenir en cas de victoire dimanche. "Ca a été une dure bataille", a reconnu le décuple vainqueur de Roland-Garros.

Mais en serrant la main de son vainqueur, Novak Djokovic avait le sourire. Il s'est prouvé qu'il pouvait de nouveau rivaliser. "'Rafa' a été meilleur dans les moments importants. Mais je ne pense pas qu'il y avait tant de différence, ce qui est une excellente nouvelle pour moi, parce que Rafa est le meilleur joueur de l'histoire sur terre battue. Et qu'il est en très grande forme", a-t-il déclaré. A une semaine du début de Roland-Garros, c'est énorme pour lui.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze

Masters 1000