Jo-Wilfried Tsonga
La hargne de Jo-Wilfried Tsonga | AFP- TIZIANA FABI

Tsonga veut frapper fort à Bercy

Publié le , modifié le

Vainqueur du BNP Paribas Masters en 2008, finaliste en 2011, Jo-Wilfried Tsonga affectionne particulièrement ce tournoi. De retour sur les courts après une longue absence (fissure du tendon rotulien gauche), le N.1 Tricolore espère finir la saison 2013 en beauté. Et notamment à Bercy, dont le tournoi commence dès lundi.

Que représente le BNP Paribas Masters à vos yeux ?
Jo-Wilfried Tsonga: "D’abord, c’est le dernier tournoi de l’année. C’est déjà un symbole important. Ensuite, c’est un tournoi disputé en France, ce qui est également très important à mes yeux. Et puis, il se déroule sur une surface que j’apprécie beaucoup. Enfin, j’aime énormément l’ambiance qui y règne. C’est un public un peu moins connaisseur qu’à Roland-Garros, un peu plus "populaire", un peu plus intransigeant aussi. C’est un public qui aime bien que l’on mouille le maillot, comme on dit. Et il s’investit à fond derrière nous, les joueurs français. Ce n’est pas pour me déplaire…"

A titre personnel, c’est un peu "le rendez-vous" de votre fin de saison…
J.W.T: "L’objectif principal, pour moi, pour cette fin de saison, c’est d’abord de rester en bonne santé. J’ai encore un peu d’appréhension avec mon genou. Ensuite, j’espère aller chercher des points dans les grands tournois. Et donc au BNP Paribas Masters".

Avec une qualification pour les ATP World Tour Finals de Londres en ligne de mire, et une lutte pour la place de numéro 1 français avec Richard Gasquet…
J.W.T: "Oui, c’est vrai, mais les "Masters" de Londres, je n’y pense pas trop pour le moment. A Bercy, ce qui importe, c’est d’aller chercher le trophée. Si je ne suis plus dans la course, je jouerai libéré pour aller gagner le tournoi. Si je suis dans le coup, ce sera une motivation supplémentaire. Quant à la place de numéro 1 français… On va dire que dans ma tête, c’est assez clair".

Votre fraîcheur mentale peut-elle être un atout lors de cette semaine ?
 J.W.T: Oui, je pense que ça peut m’aider. Par le passé, certains arrivaient à Bercy un peu décontractés, mais ça ne sera pas le cas cette fois, je pense. Il y aura beaucoup de choses à gagner à Paris. Pour la place de numéro 1 mondial, pour les Masters de Londres… Comme je n’ai pas joué une partie de la saison, je pense que j’aurai un peu plus de fraîcheur que les autres. Mais on pourrait aussi prendre ça comme un désavantage, car aujourd’hui je manque de compétition.

Vous avez toujours plutôt bien réussi dans ce tournoi. Quel est, à ce jour, votre meilleur souvenir à Bercy ?
J.W.T:  "J’ai beaucoup, beaucoup de bons souvenirs à Bercy. L’année de mon titre (NDLR : 2008), il y a eu un paquet de matches incroyables. Djokovic, Roddick, la finale face à Nalbandian. Il y a aussi ma demi-finale contre John Isner, en 2011, quand je sauve des balles de match, c’était quelque chose… L’ambiance était hallucinante".