Jo Wilfried Tsonga
Jo Wilfried Tsonga | Mike Ehrmann / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Tsonga réussit sa rentrée, Monfils, Simon, Chardy et Mannarino exemplaires

Publié le , modifié le

Prmier match en 2015 pour Jo-Wilfried Tsonga, qui revenait de blessure, et première victoire. Le Français s'est qualifié pour le 3e tour du tournoi Masters 1000 de Miami en dominant l'Américain Tim Smyczek (6-4, 3-6, 6-3). Le Manceau a rejoint à ce stade de la compétion Gaël Monfils (qu'il retrouvera au prochain tour), Gilles Simon et Andrian Mannarino, tous vainqueurs en trois sets. Jérémy Chardy s'est distingué de ses compatriotes en dominant l'Autrichien Jürgen Melzer en deux manches (6-4, 6-1).

Pour une première, c'est une réussite. Tsonga, 29 ans et 13e mondial, n'était plus apparu sur le circuit depuis la  finale de la Coupe Davis perdue par la France face à la Suisse à Lille. Blessé à l'avant-bras droit, "JWT" avait fait l'impasse sur le premier  tournoi du Grand Chelem de l'année, l'Open d'Australie. Certes, tout n'a pas été parfait mais Jo Wilfried Tsonga a vite retrouvé le rythme. Vierge de toute référence en 2015, le Manceau a affiché une belle forme physique et un punch intact sur ses coups droits. Il ne lui manque qu'à retrouver un certaine régularité en fond de court. L'Américain Tim Smyczek, au jeu imprévisible, ne lui a pas beaucoup donné l'occasion de se régler avec ses montées au filet et ses coups à plat. "C'est un grand pas pour moi de retrouver la compétition après quatre mois  et quelques semaines de disette", a-t-il souri.

Plus tôt dans la journée, Gilles Simon et Adrian Mannarino avaient montré l'exemple à suivre pour Tsonga. Simon, vainqueur du kazakh Kukushkin, sera opposé soit au Croate Ivo Karlovic, soit au Colombien Alejandro Falla. Le N.2 français et 14e mondial, qui avait atteint les 8e de finale lors du précédent Masters 1000 à  Indian Wells (Californie), est le deuxième Français après Adrian Mannarino, vainqueur de l'Espagnol Albert Ramos-Vinolas (6-4,  3-6, 6-2) à se hisser au 3e tour  du tournoi de Miami.

Vers un Tsonga-Monfils et un Mannarino-Wawrinka

Le Tricolore avait débuté sa rencontre vendredi avant qu'elle ne soit interrompue par la pluie sur le score d'une manche partout et 1-1 dans le 3e set. Dès la reprise du match, le 32e joueur mondial a dû repousser deux balles de break. Il a ensuite remporté quatre jeux de suite pour mener 5-1. Mannarino réalise à 26 ans la meilleure saison de sa carrière avec sa  première finale d'un tournoi ATP en janvier, à Auckland, et son meilleur parcours dans un Masters 1000. Un plein de confiance qui ne sera pas de trop pour affronter Stan Wawrinka au prochain tour... 

Avant-dernier de cordée chez les Bleus, Gaël Monfils a lui aussi eu besoin de trois manches pour se défaire du modeste Serbe Filip Krajinovic (3-6, 6-2, 7-6), concluant la rencontre à sa sixième balle de match dans le tie-break qu'il remportait finalement 7 points à 4. Le Parisien s'apprête maintenant à retrouver Tsonga au 3e tour avec les statistiques contre lui. En cinq affrontements, "JWT" l'a emporté à quatre reprises. "Ce n'est pas évident de jouer un ami, mais on est habitué, sur le court,  on est tous les deux des compétiteurs", a rappelé Tsonga. Jérémy Chardy a complété le carton plein des Bleus en Floride en expédiant Melzer en deux sets (6-4, 6-1). Au prochain tour, le 38e joueur mondial sera opposé soit au Canadien Milos  Raonic, 6e au classement ATP, soit au Géorgien Teymuraz Gabashvili.

Déclarations :

Gilles Simon : "Je n'ai pas fait un match grandiose, mais je n'attendais pas grand chose non plus. Les  conditions de jeu sont tellement dures et changeantes que je n'attends rien en  particulier: par exemple aujourd'hui, il y avait beaucoup de vent, on a perdu  15° par rapport à hier, forcément tout réagit différemment, ce n'est pas facile  de s'adapter à tout cela, surtout que moi, mon jeu, je dois l'adapter en  permanence. C'est la particularité des tournois américains, les conditions  changent tout le temps, c'est vrai ici, à Indian Wells et à Cincinnati aussi.  D'habitude quand je vais à Marseille et que je gagne un ou deux matches, je  sais que les conditions vont être les mêmes, je sais ce qui marche bien et ce  qui marche moins bien, je sais à l'avance sur ce quoi je vais pouvoir  m'appuyer, ici je vois comment cela se passe, je suis un peu obligé de  m'adapter aux conditions".

Gaël Monfils : "Je suis juste content de la victoire,  je n'ai vraiment pas bien joué, j'ai fait beaucoup de fautes directes, dans des  conditions pas faciles. C'était un vrai match de reprise, je suis content de  m'en être sorti, car ce n'est pas passé loin. J'ai très mal servi, j'avais du  mal à défendre sur ce petit terrain, j'ai pourtant essayé d'être agressif, sans  doute trop. J'avais de bonnes sensations avant d'arrêter (après le 1er tour de  la Coupe Davis contre l'Allemagne, NDLR), ce n'était pas le cas aujourd'hui. Le  prochain match contre Jo (Wilfried Tsonga), cela va être cool, il a l'air bien, il va falloir que je joue mieux. On aurait préféré se rencontrer un peu plus tard dans le tournoi".

Les résultats :

   Lukas Rosol (CZE/N.25) bat Alexander Zverev (GER) 7-6 (7/0), 6-3
   Gilles Simon (FRA/N.12) bat Mikhail Kukushkin (KAZ) 6-3, 6-7 (5/7), 6-0
   Kei Nishikori (JPN/N.4) bat Mikhail Youzhny (RUS) 6-2, 6-1
   Adrian Mannarino (FRA/N.31) bat Albert Ramos (ESP) 6-4, 3-6, 6-2
   Fernando Verdasco (ESP/N.26) bat James Duckworth (AUS) 4-6, 6-2, 6-1
   Jack Sock (USA) bat Fabio Fognini (ITA) 7-6 (7/4), 6-1
   Jo-Wilfried Tsonga (FRA/N.11) bat Tim Smyczek (USA) 6-4, 3-6, 6-3
   Juan Monaco (ARG) bat Ernests Gulbis (LAT/N.13) 6-2, 6-4
   Gaël Monfils (FRA/N.16) bat Filip Krajinovic (SRB) 3-6, 6-2, 7-6 (7/4)

   

Julien Lamotte

Masters 1000