Triplé inédit pour Djokovic

Triplé inédit pour Djokovic

Publié le , modifié le

Après Miami et Indian Wells, Novak Djokovic a remporté un troisième Masters 1000 d'affilée cette saison à Monte-Carlo, une première dans l'histoire du tennis. S'il s'est montré un peu plus fébrile face à un redoutable Tomas Berdych, et si une interruption de 70 minutes due à la pluie lui a sans doute coûté la deuxième manche, Djokovic s'est finalement imposé en trois sets 7-5, 4-6, 6-3. Il s'agit du deuxième sacre du Serbe sur le Rocher.

Sur un nuage depuis une semaine, le lauréat de l'édition 2013 avait notamment éliminé en demi-finale un certain Rafael Nadal, accessoirement octuple vainqueur à Monte-Carlo. Moins en jambes ce dimanche, "Nole" affrontait un adversaire à sa portée. Avec un bilan avant cette finale de 18 victoires contre deux défaites, le Serbe pouvait légitimement se donner de bonnes chances de l'emporter. Mais en face, Berdych qui avait remporté leur dernier affrontement à Rome, l'an dernier sur cette même surface, caressait l'espoir d'aller chercher un deuxième trophée en Masters 1000, après celui glané en 2005 à Bercy.

Pourtant très à l'aise depuis le début de la semaine monégasque, Djokovic a bien mal débuté sa finale. Il faut dire qu'en face Berdych ne se posait pas trop de questions en lançant des missiles du fond de court qui faisaient souvent mouche. Inhabituellement crispé, l'enfant de Belgrade perdait son service sur un coup droit. Alors qu'il avait mis à mal les engagements de Nadal la veille, le Serbe avait du mal à trouver des arguments face aux services surpuissants du Tchèque. Le N.1 mondial reprenait toutefois le fil du jeu, non sans avoir profité de quelques fautes directes de son adversaire. Une bataille psychologique s'engageait, et les deux hommes se prenaient à tour de rôle leur engagement. A ce petit jeu, Djokovic remportait les points importants et enlevait cette première manche 7-5.

Alors que le match restait relativement équilibré, la pluie s'invitait en Principauté, obligeant les deux acteurs de cette finale à quitter le court. A ce moment, Djoko menait 3-2. Et ce n'est qu'après une interruption de 70 minutes qu'ils revenaient sur le terrain. Mais comme en début de première manche, le Serbe peinait à trouver ses repères, et cette fois, Berdych allait en profiter en imposant un jeu très puissant du fond de court.

Conscient qu'il n'aurait plus le droit à l'erreur, le Serbe repartait de l'avant dès l'entame du troisième set, pour mener 3-0, puis 4-0, après de trop nombreuses fautes directes de la tête de série N.6. Fort de cette avance, Djokovic allait de nouveau se relâcher, et Berdych lui prenait ainsi son service (4-1). Le N.1 mondial était tout heureux de voir le Tchèque commettre des erreurs à répétition, et se retrouvait à un jeu du titre (5-2). Son adversaire vendait toutefois chèrement sa peau, et le Serbe devait faire preuve d'une extrême patience pour signer cette nouvelle victoire, la 17e d'affilée, et décroché ce trophée pour la deuxième fois.

"C'était un match particulier avec l'interruption de la pluie. Tomas mérite ce trophée autant que moi aujourd'hui", a estimé Djoko en anglais avant de dire quelques mots en français devant un public déjà séduit. "Je voudrais remercier évidemment mon équipe. C'est un trophée très spécial pour moi, car j'habite ici, et je connais beaucoup de gens", a-t-il sobrement résumé. Le N.1 mondial qui vient de devenir le premier joueur de l'histoire à avoir remporté trois Masters 1000 d'affilée en début de saison, a égalé Roger Federer en nombre de titres dans cette catégorie de tournois (23 trophées, à quatre longueurs de Nadal) arrivera à Roland-Garros avec le statut de favori.

Romain Bonte

Masters 1000