Jack Sock
Jack Sock | CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Sock-Krajinovic, finale improbable pour le Masters 1000 de Paris

Publié le , modifié le

La finale du Rolex Paris Masters va mettre aux prises ce dimanche (15h, France 4) deux joueurs méconnus qu’on attendait pas à pareille fête cette semaine. Passe encore pour Jack Sock, solide 22e mondial et vaillant représentant d’une cohorte de joueurs américains qui ont déjà brillé à Bercy (Querrey et surtout Isner, finaliste l’an passé contre Andy Murray). La vraie grosse surprise provient de Filip Krajinovic. Le Serbe de 25 ans, sorti des qualifications, a épaté son monde cette semaine tout en profitant de circonstances favorables. Encore fallait-il saisir sa chance.

On a rêvé à une finale Nadal-Tsonga (ou Pouille). On aurait signé pour une affiche Del Potro-Cilic. Il faudra se contenter d’un Sock-Krajinovic qui fait un peu léger pour le dernier Masters 1000 de l’année.

Finale la plus inattendue de l'histoire de Bercy

Les deux joueurs n’ont certes pas volé leur place en finale ce dimanche à l’AccorHotels Arena, mais force est de constater que ce match ne soulève guère d’enthousiasme alors que certains espéraient sauver les meubles avec la présence dominicale de Julien Benneteau, ultime représentant français, usé par sa semaine prolifique et incapable de déborder Jack Sock samedi (7-5, 6-2).

Il s’agit clairement de la pire finale de l’histoire du tournoi, loin devant certaines affiches comme Mansdorf-Gilbert (1988) ou Davydenko-Hrbaty (2006). Les forfaits annoncés en amont (Djokovic, Wawrinka, Murray…), comme celui de Federer juste avant le début du tournoi, avaient déjà amoindri le tableau.

Sock joue sa présence au Masters

Les éliminations précoces de Tsonga et Pouille, ajoutées au forfait de Nadal (blessé) avant son quart de finale contre Krajinovic, ont asséné un coup encore plus fort sur la tête de Guy Forget, directeur du tournoi.

Même la belle aventure du jeune qualifié serbe (25 ans) ne peut sauver la mise. Quand on pense que ce tournoi a eu des chocs comme Becker-Edberg, Sampras-Becker, Agassi-Safin, Safin-Hewitt, Nalbandian-Nadal ou Federer-Tsonga, ça fait mal.

Il faudra donc se contenter du petit suspense restant : en gagnant cette finale, Jack Sock doublera Pablo Carreno Busta à la Race et se qualifiera pour le Masters de Londres, chose impensable en début de tournoi tant Del Potro, Tsonga, Pouille et Cie semblaient mieux positionnés. Espérons surtout que Krajinovic (77e mondial lundi dernier) ne sera pas rattrapé par la pression inhérente à une première grande finale et qu’il donnera une réplique suffisante à son rival yankee, déjà lauréat de trois tournois sur le circuit. Mais rien n’est moins sûr.

Grégory Jouin @GregoryJouin

Masters 1000