Gilles Simon
Gilles Simon | AFP - MIGUEL MEDINA

Simon manque de mental

Publié le , modifié le

Contraint à arracher sa qualification pour les 8e de finale de Bercy au jeu décisif du 3e set après avoir mené 4-0 dans celui du 2e, Gilles Simon ne fuit pas les responsabilités: "C'est juste le cerveau", expliquait-il après son match. Manque de confiance, manque d'habitude d'être proche de la victoire, tout y passe. "L'air de rien, ça fait un moment que je n'avais pa gagné un match."

Trois heures de jeu. Des occasions à la pelle de réduire le supplice. Gilles Simon a souffert pour vaincre Nicolas Mahut au 2e tour. Et à l'heure d'expliquer ces problèmes, il n'a pas tourné autour du pot. "C'st un match où j'ai réussi à masquer mes difficultés une grosse partie de la rencontre. J'ai eu l'occasion de finir en deux sets, et que cela ne se voit pas. Mais je n'ai pas réussi. Et après, ça a été un autre match." Seule satisfaction: "Avoir réussi à survivre à ça." Autre point positif: son service. "Ca a été l'inverse de mes habitudes. Normalement, tout va bien sauf le service. Là, c'était le contraire."

Sa conclusion: "J'ai été très faible mentalement à chaque fois que j'ai eu le match en mains." Les raisons ? "C'est juste le cerveau." Et puis... "L'air de rien, mon dernier match gagné remonte à loin. Cela fait un mois (demi-finale au tournoi de Bangkok) et au moment de finir, c'est plus dur." Avant d'affronter David Ferrer (N.3), il ne voit aucun espoir à l'horizon. Ou plutôt un petit: "Ce que je faisais à l'entraînement était très bon. A l'opposé de la semaine à Valence (éliminé au 1er tour par Falla, Ndlr). Contraint et forcé, j'ai une chance que cela sorte contre Ferrer, que je me relâche. Mais il se peut aussi que je joue tout le match comme ça. Je sais ce que je dois faire contre lui, mais c'est extrêmement dur."