Gilles Simon et Nicolas Mahut
Gilles Simon poing serré devant Nicolas Mahut | AFP - MIGUEL MEDINA

Simon écarte Mahut pour jouer Ferrer

Publié le , modifié le

Dans le deuxième affrontement 100% français du Masters 1000 de Bercy, Gilles Simon (N.13) a fini par arracher la victoire sur Nicolas Mahut 6-4, 6-7 (5/7), 7-6 (7/3), après 3h de jeu, lors du 2e tour. Dans une opposition de style, le 3e joueur français se qualifie pour la quatrième fois de sa carrière pour les 8e de finale de Bercy. Demi-finaliste l'an dernier, Simon affrontera le tenant du titre, David Ferrer (N.3).

Pas de bruits de chaussures malmenées par une glissade, façon Djokovic. Pas de frappe sourde à la Nadal. Pas d'explosion sèche, "made in" Federer. Aucun cri rageur à la Berdych. Gilles Simon face à Nicolas Mahut, c'est un peu un match hors du temps. Ou plutôt d'un autre temps. Mahut, c'est l'un des derniers rescapés du jeu offensif sur le circuit. Sa vie au filet, il la revendique, l'assume, ne la renie pas. Et dans l'actuelle course à l'armement en fond de court, il détonne. Mais Gilles Simon n'est pas non plus engagé dans ce sprint. Son physique de marathonien, son jeu tout en contre et en tactique font de lui une autre espèce rare à l'ATP. Cela n'empêche pas les deux hommes de réaliser de belles carrières. Et au 15e mondial d'avoir le jeu idéal pour faire déraper son compatriote, comme il l'avait déjà fait à trois reprises en quatre duels jusque-là.  

Mais un match franco-français en France, c'est toujours particulier. Les joueurs se connaissent trop bien, le public n'ose pas prendre partie. Finalement, cela donne une ambiance entre deux eaux. Et à la mi-journée, avec des loges et des tribunes officielles quasi désertes pour cause de déjeuner, cette impression est décuplée. Dans les tribunes aussi, le temps s'était arrêté. L'un à côté de l'autre, Guy Forget, ancien capitaine de Coupe Davis (désormais directeur du tournoi) et Arnaud Clément, son successeur. Pas très éloignés, Jan De Witt, l'actuel entraîneur de Simon, et Thierry Tulasne, son ex-coach.... Le fait que les deux hommes naviguent régulièrement dans le courant des blessures n'a pas non plus permis au match d'atteindre des sommets de jeu. De grosses fautes par ci par là, quelques beaux points, pas de quoi chauffer à blanc le POPB. Mais pour le suspense, chapeau bas.

Simon mène 4-0 dans le jeu décisif, 4-1 dans le 3e set

Gilles Simon et Nicolas Mahut se jouaient pour la cinquième fois sur le circuit principal. Avec son jeu tactique et son physique de marathonien, le premier a le jeu parfait pour contrer le second et son jeu d'attaque. Voici un mois, Simon avait battu Mahut à Metz, en demi-finales. La troisième victoire contre cet adversaire. Pour ce 2e tour du Masters 1000, tout semblait sous contrôle pour le 15e mondial. Un break en début de set, trois balles de break sauvées à la fin d'une manche remportée 6-4, le fleuve coulait tranquillement. Au deuxième set, Simon avait l'opportunité, à deux reprises, de faire le break à 5-5. Mahut les effaçait et les deux hommes livraient un jeu décisif étonnant. Le Niçois menait rapidement 4-0, mais son bras se tendait, sa longueur de balle se racourcissait, et son adversaire recollait et menait même 5-4. Finalement, Mahut empochait ce deuxième set à l'arraché (7/5), en profitant d'une nette baisse de régime adverse.

Dans le troisième set, rapidement breaké et mené (4-1), Nicolas Mahut se faisait manipuler par le kiné durant de longues minutes, au niveau du haut de la cuisse. Cette interruption le remettait sur pied et coupait les jambes de Gilles Simon, une nouvelle fois rattrapé par la tension. A 4-2, 40-0 sur son service, il était incapable de conclure. Et le 56e mondial revenait une nouvelle fois au score (4-3). Les échanges étaient de plus en plus accrochées, longs, tendus. A 5-4, Gilles Simon se procurait une balle de match sur service adverse. Mais son retour de revers finissait sa course dans le couloir. Et sur sa troisième balle de jeu, Nicolas Mahut revenait (5-5). Encore et toujours, et il ratait même une balle de break au jeu suivant. Encore une fois, le jeu décisif départageait les deux hommes. Simon menait 4-2, puis 5-3.  Sur un ultime passing-shot de coup droit le long de la ligne, la tête de série N.13 gagnait son ticket pour les 8e de finale. Où il affrontera David Ferrer, qu'il n'a battu qu'une fois en cinq matches, lors de leur seul duel disputé sur dur.