Gasquet le poing rageur et victorieux à la suite de son match contre Johnson
Gasquet le poing rageur et victorieux à la suite de son match contre Johnson | MIGUEL MEDINA / AFP

Richard Gasquet : "Sébastien Grosjean m'a permis de retrouver le goût du tennis"

Publié le , modifié le

Richard Gasquet s'est rassuré pour ses débuts à Bercy, contre l'Américain Steve Johnson, lors du premier tour. Le Français s'est imposé en deux sets à la suite d'un tiebreak disputé, dans la dernière manche (6-4, 7-6(13/11). En conférence de presse, il est revenu sur la passation d'entraîneur entre Thierry Champion et Sébastien Grosjean. Le joueur de 30 ans en a profité pour remercier Grosjean de tout ce qu'il a fait pour lui durant ces 5 années à ses côtés.

Il y avait du nouveau dans ton box aujourd'hui. Est-ce que tu peux raconter comment se passe la passation entre Thierry Champion et Sébastien Grosjean ? Comment tout ça s’est fait ? Quels sont les objectifs ?
Richard Gasquet: "Déjà, c'est Seb qui veut passer plus de temps avec sa famille. Cela fait cinq ans qu'il voyage beaucoup. J'ai fini 3 saisons dans les 10 premiers avec lui, 2 fois neuvième, 1 fois dixième en 2012, 2013 et 2015, il y est pour beaucoup. Il m'a permis de retrouver le goût du tennis. Parce qu’en 2010, 2011 j'étais beaucoup moins bien dans ma carrière. C'est devenu quelqu'un de très proche, vraiment un ami proche. J'ai passé 5 années exceptionnelles avec lui. Il fallait tout simplement trouver un autre entraîneur. Je pense que j'aurais continué toute ma carrière si j'avais pu avec Seb. Cela se passait hyper bien. Mais bon je comprends très bien. Le choix s'est porté très vite sur Thierry. Il n’y a pas eu d'hésitation. Il a eu beaucoup de joueurs. Cela fait longtemps que je le côtoie sur le tennis. Il a vraiment la fibre de l'entraîneur. Ils se partageront les tournois avec Sergi. Encore une fois, je pense que je reviens à un beau niveau. C'est là où je voulais être aujourd'hui. J'ai retrouvé un physique pas mal. Avec une bonne intersaison, je pense pouvoir faire une grosse saison en 2017. Je suis motivé. Je pense que les deux ça va bien se passer."


Je suppose que tu en as parlé avec Thierry, il est aussi coach de Benoît. Comment vous allez fonctionner ? Sur quelle méthode vous allez partir ?
R.G. : "
Je n'ai aucun souci avec ça, Benoît non plus. On a demandé à Benoît si ça ne le gênait pas pour commencer. Je m'entends bien avec lui depuis toujours. Je n'ai aucun souci à partager le coach, à commencer à Melbourne en Australie. Après, ce sera Sergi et Indian Wells à Miami avec Thierry. Je n'ai aucun problème à le partager avec Benoît, qui est un ami. Je pense avoir encore un peu quelques saisons au très haut niveau, et je pense pouvoir aller plus haut que ce que je suis aujourd'hui. Je suis motivé pour l'année prochaine. Je pense que cela va bien se passer avec Thierry et Sergi."

Il y a eu des garanties de la part de Thierry, par exemple, la priorité ce sera les semaines avec toi parce que tu n'auras pas forcément le même calendrier que Benoît, et dans le discours, il y a des points communs que tu trouves entre Thierry et Seb ?
R.G. : "Oui, je pense que Sergi aussi était content de travailler avec Thierry. Il m'a dit : voilà, j'aimerais que ce soit lui que tu prennes aussi. Moi pareil. Il n'y a pas eu d'hésitation du tout. Le fait d'être avec Benoît, ça ne me dérange pas du tout. Je n'ai pas de souci par rapport à ça. Cela m'est arrivé d'être avec un autre joueur, on l’a fait avec Nicolas Mahut il y a quelques années, ce n'est pas un gros problème. Le principal, c'est que cela se passe bien avec Thierry."


Est-ce que la planification est déjà faite pour les mois à venir, c'est-à-dire l'intersaison ou tu commences à travailler concrètement avec Thierry qu’en arrivant en Australie ?
R.G. : "Je vais pas mal partir à Barcelone. Cette année, je fais l'effort de faire une vraie intersaison. Cela fait trois ans que je n’en fais pas. J'ai joué une fois le Master, une fois la Coupe Davis, l’an passé j’avais fait l’IPTL, en plus je m’étais fait mal au dos. Cette année, je vais déjà partir longtemps avec Sergi à Barcelone, après on verra pour la fin décembre."