Le jeune Allemand Alexander Zverev
Le bonheur d'Alexander Zverev sur terre battue | AFP - Matteo Ciambelli - NurPhoto

Première victoire en Masters 1000 d'Alexander Zverev, trop fort pour Djokovic à Rome

Publié le , modifié le

Pour la première fois qualifiée en finale d'un Masters 1000, Alexander Zverev n'est pas passé à côté de son premier couronnement, à Rome, malgré Novak Djokovic face à lui. L'Allemand, 17e mondial, n'avait jamais affronté le Serbe jusque-là. Après avoir accroché à son palmarès Roger Federer (Halle en 2016) ou Stan Wawrinka (Miami 2017), il s'offre un nouveau cador en l'emportant 6-4, 6-3. A 20 ans, l'ancien champion du monde juniors 2013 confirme qu'il est bien l'avenir du tennis mondial. Il est le premier joueur né en 1990 à remporter un Masters 1000. Il fera partie du Top 10 mondial lundi.

Deux breaks en début de chaque set. Alexander Zverev a employé les méthodes des vieux briscards. Prendre les devants pour ensuite gérer son avance et s'imposer, c'est la tactique idéale. Mais la mettre en application, n'est pas simple, qui plus est face au 2e joueur mondial. Et le tout pour sa première présence en finale d'un Masters 1000. Mais cela fait bien longtemps que l'Allemand franchit les obstacles avec rapidité et aisance.

En 2013, à seulement 16 ans, il remportait Roland-Garros juniors, avant de devenir champion du monde la même année. Passé professionnel toujours en 2013, il gravit les échelons de la hiérarchie mondiale. A son rythme, c'est-à-dire sans perdre de temps. Un premier titre en Challenger à 17 ans (seuls Tomic, Gasquet, Nadal, Del Potro et Djokovic ont été plus précoces que lui), un premier membre du Top 20 battu toujours en 2014, et le premier sacre sur le circuit principal à St-Petersbourg à 19 ans, en ayant battu Wawrinka, et après avoir fait tomber lors de cette saison 2016 Roger Federer à Halle. Il devenait ainsi le premier joueur de moins de 20 ans à vaincre le Suisse depuis Andy Murray, et avant lui Rafael Nadal.

Zverev, 1er joueur né en 1990 à décrocher un Masters 1000

En ce dimanche, à Rome, il avait pour la première fois de sa carrière Novak Djokovic pour adversaire. Cela ne lui a pas fait peur. Un break pour mener (3-1), une solidité pour conserver cet avantage et empocher la première manche (6-4), et des nerfs d'acier pour rééditer un break en début de 2e set, sur une superbe accélération de revers. Le Serbe, qui avait disputé deux matches de haut niveau la veille pour aller en finale une deuxième fois cette saison (après son succès à Doha), n'est plus l'ogre du passé. Physiquement, il n'impose par sa loi. Et voir son revers, à mi-court au centre du terrain, aller au-delà des limites du court sur la balle de match est le symbole de ce manque de confiance, de son absence de maîtrise sur son tennis actuel. 

Voilà bien comment Alexander Zverev a écrit une nouvelle page de son histoire personnelle. A 20 ans, il devient le premier joueur né dans les années 90 à remporter un Masters 1000. La nation allemande n'avait plus accroché un tournoi de cette importance sur le circuit masculin depuis 16 ans, avec Tommy Haas. En entrant dans le Top 10, il devient le plus jeune joueur à intégrer cette élite depuis Juan Martin Del Potro, en octobre 2008.