Gaël Monfils
Gaël Monfils | MIGUEL MEDINA / AFP

Paris Bercy - Gaël Monfils: "Ma plus mauvaise année"

Publié le , modifié le

Dans un exercice surprenant sur un circuit peu adepte des confidences aux journalistes, Gaël Monfils s'est livré sans retenue après sa défaite face à Benoît Paire (2-6, 7-6, 6-4) au premier tour du BNP Paribas Masters de Paris-Bercy. Le Français s'est dit "très déçu" de sa saison qu'il a qualifiée de "plus mauvaise", notamment dans la gestion de "certains choix" sur lesquels la "Monf'" est resté énigmatique.

Gaël Monfils avait sans doute besoin de libérer toute la frustration née d'une saison ratée et il a trouvé dans les journalistes du Masters 1000 de Paris-Bercy des oreilles toutes prêtes à écouter. Questionné sur le bilan qu'il faisait de sa saison 2015, le Français n'a pas tourné bien longtemps autour du pot: "C’est une année de regrets. J’ai régressé et c’est chiant parce qu’on n’a pas encore énormément de temps. J’ai perdu une belle année". Demi-finaliste à Monte-Carlo, le Parisien n'a pas brillé dans les tournois majeurs (un 8e de finale à Roland-Garros) et ça dérange ce compétiteur acharné. "Je ne joue pas assez de Masters Series (sic) et je ne joue pas assez bien quand je les joue. C’est aussi ma plus mauvaise année en Grand Chelem à cause de plusieurs choix." Alors comment expliquer cette saison manquée ? Les choix, encore les choix. Sans doute le mot le plus répété par Monfils dans sa conférence de presse. "J’ai mal géré la préparation, mes entraînements, mes choix de tournois, mes choix mentaux", poursuit-il.

La faute à qui ?

Régulièrement pris en séance d'auto-flagellation, Monfils a encore bercé dans cette face de sa personnalité: "Je n’en veux à personne, ce sont mes choix. Je me suis planté sur pas mal de choses". Par ces mots, il vise des tournois mal choisis, une préparation avant les grands rendez-vous mal ciblée. Mais, une lueur d'espoir apparaît quand la "Monf'" évoque son nouvel entraîneur, Mikael Tillström. "J’ai une vraie bouffée d’oxygène en trouvant un plan de travail qui me convient mieux. On attend beaucoup de moi-même mais j’attends aussi beaucoup plus de moi", raconte le joueur de 29 ans.

La collaboration avec Jan de Witt, son ancien entraîneur, avait pris fin brutalement au mois d'août. Il semblerait que le courant ne passait plus entre les deux hommes: "De temps en temps, un joueur doit s’écouter. Sur certaines décisions, j’ai trop écouté. Quand on ne me connaît pas trop, on me met trop la faute sur moi. J’ai un certain mode de fonctionnement et le coach doit s’adapter. Il doit donner sa direction mais aussi écouter", a lâché le Français en fin de conférence de presse. C'est un Monfils revanchard qui va désormais couper deux semaines avant une exhibition en Bulgarie avec son pote, Grigor Dimitrov, puis l'IPTL en Inde avant de se plonger pour de bon dans la préparation de la saison 2016.