Novak Djokovic
Novak Djokovic soulagé après sa victoire au forceps sur Tomas Berdych | MIGUEL MEDINA / AFP

Novak Djokovic: "Je ne voulais pas jouer un troisième set"

Publié le , modifié le

Poussé dans ses retranchements par un Tomas Berdych tranchant, Novak Djokovic a eu besoin de deux jeux décisifs pour se qualifier pour les demi-finales du Masters 1000 de Paris-Bercy. Le numéro un mondial s'est montré impressionné par la performance du Tchèque contre qui, il ne voulait "définitivement pas jouer un troisième set".

Comment vous sentez-vous après une victoire si difficile ?

Novak Djokovic​: "Je ne voulais définitivement pas jouer un troisième set. Tomas a joué à un très haut niveau. Il m’a sans cesse repoussé derrière ma ligne. Nous avons tous les deux plutôt bien servi. Mes retours n’étaient pas mauvais. J’ai cherché à toujours le faire jouer un coup de plus mais il n’a pas arrêté de prendre sa chance quand la balle était courte pour venir au filet. Ça s’est joué deux fois au tie break et quelques points ont décidé de l’issue de la partie. Ça aurait pu tourner différemment."

Est-ce que vous pensez que le fait de l'avoir souvent battu (19 victoires à 2) à été un facteur décisif ?

N.D.: "Ça aide forcément d’avoir un bon ratio face à lui. Mais il ne vient pas sur le terrain pour perdre et jouer contre un joueur comme moi le fait être plus concentré et jouer son meilleur jeu. Vous devez être prêts quand vous jouez quelqu’un qui est installé dans le Top 10 depuis des années et qui a la qualité de Tomas Berdych. Encore plus quand il sert comme il l’a fait aujourd’hui. C’était un match très difficile, une vraie bataille. Je suis vraiment heureux d’avoir pu rester calme pour m’en sortir."

L'ATP a révélé ce soir que c'est la première fois que vous remportez un match (en 680 rencontres en carrière) sans breaker votre adversaire...

N.D: "Je n’étais pas au courant de cette statistique. Je doute fortement que ce soit vrai mais si c’est le cas, honte à moi de ne pas avoir breaké aujourd’hui (rires). C’est très difficile à croire…"

Vous avez beaucoup chuté ce soir, est-ce dû à la surface ?

N.D.: "Quand quelqu’un frappe bien la balle comme Tomas l’a fait ce soir, ça arrive sur n’importe quel court de la planète. Ça arrive, ça n’a rien à voir avec la surface."