Novak Djokovic
Le Serbe Novak Djokovic au service | AFP - FRANCK FIFE

Novak Djokovic conserve sa couronne à Bercy

Publié le , modifié le

Novak Djokovic (N.1) n'a pas souffert pour conserver son titre au BNP Paribas Masters de Bercy. En finale, il a totalement dominé Milos Raonic (N.7) 6-2, 6-3 en moins d'une heure et vingt-cinq minutes de jeu, pour sa 600e victoire sur le circuit. Avec ce troisième succès en carrière au POPB, il rejoint son entraîneur, Boris Becker, et Marat Safin, tous deux titrés à trois reprises ici. Et il n'a plus perdu en indoor depuis deux ans. Avec ce succès, il conforte un peu plus sa position de leader du classement mondial.

Pas une seule manche perdue en une semaine. Novak Djokovic a survolé le Masters 1000 de Paris-Bercy. En finale, Milos Raonic n'a pas fait mieux que les Kohlschreiber, Monfils, Murray et Nishikori, autres joueurs passés à la moulinette du Serbe dans cette semaine parisienne.

Il faut dire que le Canadien, qualifié grâce à sa belle semaine pour le Masters de Londres, n'a jamais eu la partie facile. Au 2e tour, pour son entrée en lice, Jack Sock l'a poussé au jeu décisif du 3e set. En 8e de finale, Bautista Agut l'a contraint à deux manches très serrées (7-5, 7-6). Puis, il a réalisé une énorme performance pour vaincre pour la première fois de sa carrière Roger Federer (7-6, 7-5). Et enfin, hier, il a dû s'employer pour se défaire de Tomas Berdych, 7-5 au dernier set. Son degré de fatigue, tant physique que mentale, n'avait aucune mesure avec celle de son adversaire, qui n'avait, en plus, jamais perdu contre lui lors de leurs trois précédents matches.

Une seule défaite en finale en 2014 pour "Nole"

Avec cette liste d'avantages, le N.1 mondial n'avait donc plus qu'à gérer le service surpuissant du Canadien. Il l'a fait dès le premier jeu, en réalisant un break d'entrée. Pour un Raonic qui disputait que sa 2e finale en Masters 1000, la pression était énorme. A aucun moment il n'a pu la surmonter. La seule inquiétude vécue par le Serbe, c'est au sujet de sa cuisse. Gêné, il a fait appel au kiné au septième jeu de la première manche. Mais cela ne l'a pas empêché de s'emparer du set (6-2). "Il m'a mené la vie dure aujourd'hui en jouant à un  excellent niveau", analysait Raonic. "Il a bien neutralisé mon service et bougeait vraiment bien  même lorsque j'essayais de servir sur son revers. Il arrivait à garder son  revers à deux mains et n'a que très peu défendu avec des revers slicés. Même  lorsque c'était le cas et même quand il était en difficulté sur mes services et  que j'attaquais, il était quand même présent et s'arrangeait toujours pour  jouer long. Cela augmentait davantage la pression sur mes épaules et il fallait  que je serve encore plus près des lignes. Il ne m'a pas laissé beaucoup  d'opportunités en négociant aussi très bien les balles de débreak que j'ai eues."

Et s'il est parvenu à sauver deux balles de match, sur son engagement, à (5-2), il n'a rien pu faire, ensuite, pour priver Djoko de son 47e titre sur le circuit, le 20e en Masters 1000 (contre 23 à Federer et 27 à Nadal), le 6e titre de la saison. Le N.1 mondial n'a perdu qu'une seule finale cette année, à Roland-Garros contre Rafael Nadal. Et il s'agit aussi de sa 600e victoire sur le circuit.

"L’objectif c’était d’avoir le temps de retourner pour jouer tous les points", a expliqué le vainqueur. "Ce n’est pas facile car il sert régulièrement à plus de 210 km/h. J’ai joué aujourd’hui mon meilleur match du tournoi. L’indoor n’est pas ma surface préférée mais je joue en confiance dans ces conditions."

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze

Masters 1000