Nicolas Mahut (Bercy 2015)
Nicolas Mahut a été incroyablement imprécis à la volée | MIGUEL MEDINA / AFP

Nicolas Mahut: "Ce Bercy manque de folie"

Publié le , modifié le

Défait par Dusan Lajovic (7-5, 6-3) au premier tour du BNP Paribas Masters de Paris, Nicolas Mahut est apparu fataliste en conférence presse, conscient que son niveau de jeu notamment à la volée était trop faible pour espérer l'emporter. Le Français a aussi regretté un Bercy sans "folie" et sur un court "très lent".

Aujourd’hui, on a senti que vous aviez du mal à mettre votre jeu en place ?

Nicolas Mahut​: "Belle analyse. Je ne peux pas ne pas être d’accord. C’est hyper frustrant, tu peux avoir le meilleur entraîneur du monde, te préparer du mieux possible... Aujourd’hui j’ai perdu sur l'un mes points forts. J’ai raté plus de volées que sur toute l’année. C’est pourtant le coup le plus naturel chez moi et j’en ai raté une quinzaine aujourd’hui. Je n’ai pas trop d’explications sur ce déchet énorme."

C’est un problème physique, un problème de timing dans la montée ou l’adversaire qui vous a posé beaucoup de problèmes ?

N.M:"Physiquement je me sentais bien. L’explication que j’ai c’est que le terrain est très lent donc inconsciemment je force la volée en me disant ‘faut que je le mette loin’, en jouant plus rapidement. C’est la seule explication… J’ai joué cent matches cette saison, à peu près cinquante doubles. Un match comme ça au filet ne m’arrive jamais."

Avec ces cent matches, on peut parler de lassitude mentale ?

N.M:"C’est sûr qu’il y a de la fatigue. J’ai 33 ans, j’ai joué cent matches, c’est sûr... Mais je ne veux pas le mettre en avant. J’ai une wild-card (une invitation) à Bercy , un tournoi fabuleux, j’avais beaucoup d’envie même si il y a de l’usure, elle prenait le dessus donc je ne veux pas me cacher derrière ça. Oui les corps sont fatigués mais comme pour 80% des joueurs."

Peut-il y a avoir un lien avec la nouvelle salle ?

N.M:"Ça c’est une excuse. Je ne veux pas chercher d’excuses. Oui elle est différente mais à part le gars qui tapait avec son marteau, je ne sais pas où il était celui-là… La salle est magnifique mais c’est peut-être tellement élégant qu’il y a moins de folie aussi. Les gens doivent s’habituer. Moi j’ai pris beaucoup de plaisir. Le seul aspect qui peut compter, c’est la vitesse du court. Je ne crois pas avoir joué un Bercy sur un terrain aussi lent."

Comment appréhendez-vous le Masters (Nicolas Mahut est qualifié en double avec Pierre-Hugues Herbert)  qui approche ?

N.M:"On va partir à Londres mercredi prochain après Bercy. Je vais échanger avec des joueurs qui l’ont déjà joué comme Micka (Llodra) ou Arnaud (Clément) pour prendre des informations parce que c’est un tournoi que je ne connais pas. On y va avec beaucoup d’envie et d’ambitions mais on va prendre le temps de bien se préparer et de souffler à la fin de Bercy. Ça va être une fête et à 33 ans, découvrir un nouveau tournoi, c’est toujours sympa."