Nadal
Rafael Nadal. | GABRIEL BOUYS GABRIEL BOUYS / AFP

Nadal sort les muscles

Publié le , modifié le

Rafael Nadal s'est qualifié samedi pour la finale du Masters 1000 de Rome en dominant tranquillement le tchèque Tomas Berdych (6-2, 6-4). Impérial tout au long du match, l'Espagnol n'a laissé aucune chance à son adversaire et semble se rapprocher de son meilleur niveau à quelques jours de Roland-Garros.

Une démonstration de force. Opposé à un Tomas Berdych tombeur de Novak Djokovic au tour précédent, Rafael Nadal s’est livré à un véritable récital dans la première manche, avant de serrer le jeu et de résister à la réaction du Tchèque pour conclure le match en patron (6-2, 6-4). Intouchable au service, le Majorquin a nettement dominé son adversaire, parfois désabusé face à la machine Nadal. 

Le premier set est à sens unique. Avec un seul point concédé sur son jeu de service, le septuple vainqueur de Roland-Garros a écœuré son adversaire tout en gratifiant le public de quelques coups dont il a le secret, comme ce passing foudroyant sur un smash de Berdych ou ce retour de revers expédié à 141 km/h. Trop timide, le Tchèque subit le jeu de Nadal et passe son temps à se faire contrer en fond de court. Rapidement, l'Espagnol se détache et empoche le premier set. 

Nadal opportuniste 

Un peu moins dominateur en début de seconde manche, Nadal se fait une petite frayeur sur son premier jeu de service et doit s'employer pour sauver l'unique balle de break qu'il concèdera. Mais comme à son habitude, Rafa ne flanche pas et pousse son adversaire à la faute. Moins précis, l'Espagnol reste néanmoins solide et attend le bon moment pour piquer. Celui-ci arrivera à 4-4. Au meilleur moment, Rafael Nadal empoche blanc le service de son adversaire et ne laisse pas passer l'occasion de boucler le match dans la foulée. 

Impressionnant, Nadal n'aura concédé que 8 points sur sa mise en jeu. En finale, l'Espagnol affrontera le vainqueur du match entre Benoît Paire et Roger Federer. 

 

 

Victor Patenôtre