La rage de vaincre de Rafael Nadal
La rage de vaincre de Rafael Nadal | AFP

Nadal ne voulait pas s'arrêter là

Publié le , modifié le

Rafael Nadal a encore fait durer le plaisir. De retour au premier plan, il s'est qualifié non sans mal pour les quarts de finale du Masters 1000 de Paris. Sous pression, l'Espagnol a sauvé une balle de match face au géant Sud-Africain Kevin Anderson avant de s'imposer en trois manches 4-6, 7-6, 6-2. L'ancien N.1 mondial devra faire beaucoup mieux vendredi contre le Suisse Stan Wawrinka, vainqueur de Troicki 6-4, 7-5.

A une balle près Kevin Anderson remportait son premier match contre Nadal. L'Espagnol a sauvé cette balle de match à 5-6 dans un échange gagné sur le  fil. Le géant sud-africain (2,03 m) aurait pu s'en procurer une autre tout de  suite après s'il avait choisi le bon côté pour un passing facile alors que  Nadal était en perdition au filet. Après ce temps fort, le Majorquin a fait tout de suite le break au début de  la troisième manche, mais il a encore dû écarter six balles de débreak avant de  se détacher définitivement.

Nadal a souvent eu des problèmes, même lors de ses grandes années, contre  les grands serveurs comme Anderson (20 aces) qui l'empêchent d'installer son  rythme. Mais ce match a tout de même montré la fragilité du jeu de Nadal,  malgré les progrès montrés ces dernières semaines. Il reste sur deux finales à  Pékin et à Bâle dimanche dernier et sur une demie au Masters 1000 de Shanghai. Mais si l'envie de bien faire est incontestablement là, ses frappes n'ont pas retrouvé tout leur mordant, notamment son coup droit si dévastateur naguère, et ses balles restent trop courtes. Et Wawrinka ne lui fera aucun cadeau.