Rafael Nadal
Rafael Nadal en 2007 à Bercy | FRANCK FIFE / AFP

Nadal, la malédiction Bercy

Publié le , modifié le

Rafael Nadal a quasiment gagné tout ce qu’un joueur de tennis peut récolter. Des quatre tournois du Grand Chelem à la Coupe Davis en passant par le sacre olympique et 26 titres en Masters 1000, il ne manque pas grand-chose au numéro 1 mondial espagnol. Juste un succès à Bercy, l’un des trois seuls grands tournois qu’il n’a pas conquis (avec Miami et le Masters).

Hormis le Masters 1000 de Madrid disputé à l’automne 2005 et le tournoi de Sao Paulo en février dernier, Rafael Nadal n’a jamais triomphé en indoor. Jusqu’ici, ni Bercy ni le Masters ne lui ont souri malgré une finale dans chaque événement. Sous le toit du POPB, l’Espagnol a vécu une histoire contrastée et surtout inachevée. Il n’a pu (ou voulu) disputer que trois des sept dernières éditions du tournoi parisien quand il n’a jamais manqué un Roland-Garros depuis 2005, année de son premier sacre.

Souvent blessé ou harassé

Les raisons tiennent à son jeu, extrêmement exigeant physiquement. Pour dominer ses contemporains, Nadal doit être au top de sa forme. Il ne peut se reposer sur son service ou sur deux coups de raquette comme un Sampras ou un Federer. Or, en fin de saison, il a souvent terminé sur les rotules, le corps meurtri par tant de batailles sur tous les continents. En fait, le Majorquin fait tout pour être au top au printemps (sur terre) et il essaye ensuite de tenir le plus longtemps possible, au moins jusqu’à l’US Open. Ce qui vient après lui semble moins important que de se projeter sur la saison suivante donc en économisant son organisme si possible, et surtout si celui-ci donne des signes de lassitude.

Laminé par Nalbandian en finale 2007

La seule fois où Nadal a failli conclure en automne à Paris remonte à 2007, lorsqu’il atteignit la finale grâce à des succès sur Wawrinka, Youzhny ou Baghdatis. Mais la manière dont David Nalbandian le ridiculisa en finale (6-4, 6-0) ne lui a pas laissé un souvenir impérissable. Les deux années suivantes, le Majorquin fera moins bien. Après des victoires contre Serra et Monfils, il tombera face à un très bon Nikolay Davydenko en 2008, la faute à un genou récalcitrant. En 2009, il s’aventurera un tour plus loin, mais ses succès contre Almagro, Robredo et Tsonga seront effacés par une fessée infligée par Novak Djokovic (6-2, 6-3). Ce sera sa dernière apparition à Bercy avant cette année et son match contre Marcel Granollers ce mercredi. Gageons qu’il aimerait inverser cette tendance afin de rejoindre Andre Agassi, seul joueur à avoir réussi le doublé parisien la même saison.

Les parcours de Nadal au Masters 1000 de Paris

2006 : forfait après une élongation intercostale contractée à l’entraînement
2007 : défaite 6-4, 6-0 contre David Nalbandian en finale
2008 : abandon en quarts de finale face à Nikolay Davydenko
2009 : défaite 6-2, 6-3 contre Novak Djokovic en quarts de finale
2010 : forfait, petite tendinite au bras gauche
2011 : forfait pour se préserver physiquement
2012 : forfait, genou souffrant

Bilan : 9 victoires en trois éditions (3 défaites), une finale, une demie, un quart