Rafael Nadal
Rafael Nadal | VALERY HACHE / AFP

Nadal enterre les espoirs de Tsonga

Publié le , modifié le

Rafael Nadal (N.3) a dominé Jo-Wilfried Tsonga (6-3, 7-6) en demi-finales du Masters 1000 de Monte Carlo. L'Espagnol, qui s'est adjugé sa 46e victoire consécutive en Principauté, affrontera en finale le vainqueur du match entre Novak Djokovic (N.1) et Fabio Fognini pour tenter d'enlever une 9e couronne consécutive sur le Rocher.

Le bras de fer a failli tourner court mais il aura finalement ravi les passionnés de tennis. Hormis un début de rencontre à son avantage (deux balles de break manquées à 2-1) et une superbe rébellion au second acte, Tsonga a subi la loi du plus fort ce samedi au MCCC.

Après ce feu de paille initial où le Manceau a bien servi et pris quelques risques parfois payants, refusant de se faire dicter le jeu en choisissant de frapper fort des deux côtés, Nadal a progressivement pris le dessus sur son adversaire pour se détacher. Mais pas suffisamment pour conclure rapidement comme du temps de sa splendeur, ce qui accréditerait l'idée que le septuple vainqueur de Roland-Garros n'est pas encore revenu à son meilleur niveau

Quatre balles de match sauvées

Entre le milieu du premier set et le début du deuxième, lors de sa meilleure période, le Majorquin a allongé ses coups, réussissant souvent à déborder son rival du fond du court. Et quand Tsonga se retrouvait en belle position pour conclure l'échange, quelques passings imparables sont venus rappelés à tout le monde qui était le maître de la terre battue depuis maintenant plus d'un septennat. Costaud, régulier sans être flamboyant, l'Espagnol était alors clairement monté d'un cran après le gain du premier set (6-3) pour s'amuser avec les balles du Français dans le début du second acte, à sens unique (5-1).

Mais Tsonga réagissait comme un champion, en sauvant déjà trois balles de match, avant de ravir une seconde fois l'engagement adverse malgré deux aces signés Nadal à 5-3, 15-40. Le 8e joueur mondial recollait finalement à 5-5 pour le plus grand plaisir du public monégasque.Le Manceau annihilait même une quatrième balle de match à 5-6, 30-40 (en prenant tous les risques). Le jeu décisif allait départager les deux protagonistes.

En lice pour un exploit inédit

Dans celui-ci, Tsonga laissait filer un passing de coup droit qu'il croyait faute à 3-3. Nadal se détachait (5-3 puis 6-3) pour s'offrir trois nouvelles balles de match. Il s'imposait finalement 6-3, 7-6(3) en près de deux heures sur un ultime échange conclu par trois coups droits puissants. Tsonga ne rejoint donc pas Cédric Pioline, dernier finaliste (et vainqueur) national à Monte Carlo.

De son côté, Nadal tentera ce dimanche de remporter son 9e tournoi de Monte Carlo. Jusqu'ici, aucun tennisman n'a réussi à soulever neuf fois le même trophée (Martina Navratilova avait disputé 9 finales de suite à Wimbledon entre 1982 et 1990). Quand on pense qu'il s'agirait d'un 9e sacre consécutif, on ne peut être qu'admiratif devant tant de constance au plus haut niveau.

Tsonga: "Un tournoi positif"

"Il a été bon, plus solide que moi, il mérite sa  victoire", a confié le Français. "Si j'avais pris 6-3, 6-2 on m'aurait dit que j'étais passé  complètement à côté de mon match. Je peux être plus régulier. Je regrette le  début du match où je suis bien dedans mais où c'est lui qui me breake en  premier. Après j'ai un gros trou. Le vent m'a beaucoup gêné. C'étaient des  conditions difficiles qui étaient plutôt à son avantage car il joue avec une  plus grosse marge et c'est son jeu de faire rater l'autre. Mais je reviens bien  avec le public qui m'a bien porté. Partir à l'abordage, c'est ma seule chance  de le battre sur terre battue. Mais il ne faut pas trop se précipiter non plus  car sinon tu as 99% de chances de te prendre un passing. Il s'est arrêté  pendant sept mois donc forcément il n'est pas encore au top. Il a encore des  choses à régler et physiquement il n'est pas à son maximum. Mais ça suffit  toujours pour lui permettre de gagner le tournoi. Ca reste un tournoi positif  pour moi. Ca me permet d'être sur une bonne lancée. J'ai envie de jouer, de  m'entraîner. Le printemps est une période que j'aime bien. Les terrasses se  garnissent, il fait beau".