Rafael Nadal
Rafael Nadal au service | AFP - GETTY IMAGES

Nadal, Djoko, Federer, enjeux à Miami

Publié le , modifié le

Une semaine après Indian Wells, le circuit masculin met le cap sur Miami, pour un deuxième Masters 1000 consécutif. Jamais vainqueur ici, Rafael Nadal aimerait bien s'y imposer. Ce ne sera pas le seul joueur très épié: Djokovic, vainqueur à Indian Wells, Federer, finaliste en net regain de forme, mais aussi les convalescents en terme de jeu (Murray, tenant du titre, et Del Potro), ainsi que Wawrinka, battu pour la 1ère fois de la saison la semaine dernière. Est également attendu un réveil des Français...

Nadal, une première ?

L'homme aux 62 victoires en tournoi (dont 13 Grands Chelems) n'a jamais soulevé le trophée à Miami. Malgré trois finales (2005 battu par Federer, 2008 battu par Davydenko, 2011 battu par Djokovic). Cette épreuve est l'une des trois plus importantes (avec le Masters et Paris-Bercy) à échapper encore à l'Ibère. Battu de façon surprenante à Indian Wells par Dolgoplov au 3e tour, le N.1 mondial n'aura pas la partie facile en Floride, avec la présence dans sa moitié de tableau de Janowicz (N.19), Del Potro (N.8), Wawrinka (N.3) et Berdych (N.7). En 2013, Cincinnati, qui s'était toujours refusé à lui, était entré dans son palmarès. Au tour de Miami cette année ?

Djokovic-Federer, la confirmation ?

Vainqueur des trois derniers Open d'Australie, Novak Djokovic n'a pas réalisé la passe de quatre cette année, s'inclinant en quarts de finale contre Wawrinka. Et à Dubaï, il a subi la loi de Federer en demi-finale. Mais l'ancien N.1 mondial, qui restait sur 24 victoires consécutives à la fin de l'année 2013, a remis les pendules à l'heure en s'imposant à Indian Wells. A Miami, tournoi qu'il a remporté trois fois (2007, 2011, 2012) mais dont il a été sorti en 8e de finale l'an dernier, le Serbe veut prouver que les doutes sont bien derrière lui. Mais il pourrait croiser, en 8e de finale, la route d'Ernest Gulbis, et en quarts celle d'Andy Murray ou de Jo-Wilfried Tsonga. Roger Federer se trouve dans une situation un peu comparable. S'il n'a plus remporté le moindre Masters 1000 depuis Cincinnati 2012, le Suisse a retrouvé une qualité de jeu et une régularité au plus haut niveau. Finaliste à Brisbane, demi-finaliste à Melbourne, vainqueur à Dubaï et finaliste à Indian Wells, il a retrouvé la confiance dans son tennis, et dans son corps.

Novak Djokovic et Roger Federer
Novak Djokovic et Roger Federer

Murray-Del Potro, la sortie du tunnel ?

Les douleurs font partie du quotidien récent d'Andy Murray et de Juan Martin Del Potro. Opéré du dos en 2013, ce qui l'a privé de la deuxième moitié de la saison, l'Ecossais a du mal à retrouver son niveau. Battu par Raonic en 8e à Indian Wells, en demie à Acapulco par Dimitrov, en quarts par Cilic à Rotterdam, au 2e tour par Mayer à Doha, le 6e mondial se bat. Mais on n'efface pas une longue absence du circuit du jour au lendemain. Le talon d'Achille de Juan Martin Del Potro, c'est le poignet. Opéré en 2010 du poignet droit, il avait mis du temps à remonter dans la hiérarchie mondiale. Après avoir abandonné au 1er tour à Dubaï, il a dû déclarer forfait avant son 3e tour à Indian Wells la semaine dernière, souffrant depuis l'Australie du poignet gauche  A Miami, c'est son retour. Avec ou sans douleur ?

Wawrinka, la gestion de la défaite

Stanislas Wawrinka est toujours N.1 de la Race. Mais pour la première fois de l'année 2014, il a été battu. A Indian Wells, le grand Sud-Africain Kevin Anderson a mis fin à sa série de 14 victoires de rang (et deux titres). Le Suisse s'est aussitôt remis au travail, mais on verra cette semaine si cette défaite a laissé des traces. Dans un tournoi dans lequel il n'a jamais atteint les quarts de finale (et n'a dépassé le 3e tour qu'une fois), le 3e mondial a l'occasion de prouver un peu plus qu'il a franchi un cap.

Les Français sonnent le réveil ?

Ils sont 11 Français dans le tableau final (plus Mathieu s'il sort du tableau des qualifications): Mahut, De Schepper, Monfils (N.23), Roger-Vasselin, Simon (N.26), Robert, Gasquet (N.9), Mannarino, Tsonga (N.11), Benneteau et Chardy. Pour les fers de lance, la tournée américaine a mal débuté à Indian Wells:  Tsonga et Simon, battus au 2e tour respectivement par Benneteau et Thiem, Gasquet et Monfils, éliminés au 3e tour respectivement par Verdasco et Fognini. En fait, seul Julien Benneteau s'est sorti du marasme de son début de saison en atteignant les quarts de finale. A Miami, sur les cinq dernières années, les Français ont toujours placé au moins un représentant en quarts de finale. L'an dernier, ils étaient même deux (Simon et Gasquet), le Biterrois s'arrêtant en demi-finale. Il n'est pas certain néanmoins que Jo-Wilfried Tsonga, dernier vainqueur tricolore d'un Masters 1000 (à Bercy en 2008), trouve un successeur cette semaine.

Jo-Wilfried Tsonga déçu
Jo-Wilfried Tsonga déçu

La montée en régime des jeunes outsiders

Ils ont entre 22 (Dimitrov) et 25 ans (Gulbis et Dolgpolov), et ont accroché ces dernières semaines de sacrés scalps. Alexandr Dolgopolov (23e mondial) s'est offert Nadal (Indian Wells) et Ferrer (sur la terre de Rio). Milos Raonic (12e mondial) a fait tomber Murray (Indian Wells). Grigor Dimitrov (16e mondial) a aussi fait tomber l'Ecossais (Acapulco). Et Ernest Gulbis (22e mondial) a dominé Gasquet et Tsonga (Marseille), ainsi que Del Potro (Rotterdam). Ils se font tous une petite place au soleil en trouvant de la constance dans leur jeu. S'ils ne sont peut-être pas encore des candidats au titre dans un Masters 1000, ils sont devenus de bons coupeurs de têtes.

Le tableau du Masters 1000 de Miami

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze

Masters 1000