Roger Federer
L'ancien N.1 mondial, Roger Federer | AFP - MIGUEL MEDINA

Nadal déroule contre Rosol pour son entrée en lice à Bercy

Publié le , modifié le

Pour son entrée en lice dans le Masters 1000 de Bercy, Rafael Nadal n'a pas fait de détails. Lors de ce 2e tour, l'Espagnol, qui ne s'est toujours pas imposé dans ce tournoi, a nettement dominé Lukas Rosol (66e mondial), auteur d'une pluie de fautes, 6-2, 6-2. Face à son tombeur de Wimbledon 2012 et pour leur 5e duel, l'Ibère a conquis sa victoire la plus aisée. Il confirme son retour en forme de la tête de série N.7, qui jouera le vainqueur du match de gros serveurs Anderson (N.11)-Thiem. Roger Federer (N.3) a été encore plus expéditif face à Andreas Seppi (6-1, 6-1) en 47 minutes.

Lors des neuf premiers mois de l'année, Rafael Nadal a atteint deux demi-finales, une finale et remporté trois titres. Depuis le début du mois d'octobre, il a fait finale à Pékin (battu par Djokovic), demi-finale à Shanghai (battu par Tsonga), et finale à Bâle (battu par Federer). Après avoir été l'ombre de lui-même durant la majeure partie de la saison, l'Espagnol semble avoir retrouvé de son mordant et de sa confiance. Pour son entrée en lice dans le tableau du Masters 1000 de Bercy, il a réalisé une démonstration, bien aidé par un Lukas Rosol passé totalement à côté de la rencontre.

Pourtant, le Tchèque aime bien, habituellement, jouer cet adversaire. Lors de leur premier duel, en 2012, le géant de 1.95m avait éliminé l'Espagnol, créant une énorme sensation et donnant le coup d'envoi d'une période noire pour ce dernier. Ensuite, les deux hommes s'étaient croisés à Doha, pour une victoire difficile de l'ancien N.1 mondial en 2014 (6-2, 7-6), et la même année à Wimbledon pour un nouveau succès mais en quatre sets (4-6, 7-6, 6-4, 6-4), puis la semaine passée à Bâle (victoire en trois sets de Nadal 1-6, 7-5, 7-6). Aujourd'hui, sur un terrain qui n'a jamais souri pendant une semaine complète à l'Ibère (une seule finale en quatre participations), le Tchèque n'a rien fait. Ou plutôt, il n'a fait qu'arroser. Il a commis 27 fautes en à peine plus d'une heure de jeu (1h01). Malgré son énorme service, il n'a réussi à placer que trois aces, contre 4 à son adversaire. Et il ne s'est procuré qu'une seule balle de break, qu'il n'a pas transformée. Bref, Rafael Nadal était un peu seul sur le terrain, et il en a bien profité pour prendre ses premiers repères dans cette nouvelle salle.

Vidéo: Le retour de la confiance chez Rafael Nadal

Roger Federer a été encore plus économe sur le plan physique. Face à Andreas Seppi, le Suisse a été en démonstration. Moins de 50 minutes de jeu, une dernière amortie pour conclure la rencontre sur un sévère score (6-1, 6-1), l'ancien N.1 mondial a joué à sa main. L'Italien, qui l'avait éliminé de l'Open d'Australie en début d'année lors de son seul succès en 13 rencontres, n'a pas vu le jour. Son 8e de finale sera bien différent, puisqu'il affrontera le gros serveur américain John Isner (N.13), qui ne l'a vaincu qu'une seule fois en six rencontres.

Résultats du 2e tour

Kei Nishikori (JPN/N.6) bat Jérémy Chardy (FRA) 7-6 (7/4), 6-7 (6/8), 6-1
David Goffin (BEL/N.16) bat Dusan Lajovic (SRB) 6-2, 6-2
Grigor Dimitrov (BUL) bat Marin Cilic (CRO/N.12) 7-6 (7/3), 7-6 (7/2)
Richard Gasquet (FRA/N.10) bat Leonardo Mayer (ARG) 6-2, 7-5
John Isner (USA/N.13) bat Aljaz Bedene (GBR) 6-3, 7-6 (7/3)
Andy Murray (GBR/N.2) bat Borna Coric (CRO) 6-1, 6-2
Rafael Nadal (ESP/N.7) bat Lukas Rosol (CZE) 6-2, 6-2
Tomas Berdych (CZE/N.5) bat Edouard Roger-Vasselin (FRA) 6-3, 4-6, 7-5
Roger Federer (SUI/N.3) bat Andreas Seppi (ITA) 6-1, 6-1