Rafael Nadal
Rafael Nadal | JEAN-CHRISTOPHE MAGNENET / AFP

Nadal: "Ce n'est pas une tragédie"

Publié le , modifié le

Après huit titres de suite à Monte-Carlo, Rafael Nadal a estimé que sa défaite 6-2, 7-6 en finale face à Novak Djokovic n'était "pas une tragédie" et, s'il "fatigue plus vite qu'avant", il a bon espoir de récupérer toutes ses facultés physiques d'ici Roland-Garros.

Quel est votre sentiment après la fin de votre série ici ?
Rafael Nadal : "Je préfère gagner bien sûr mais c'est le sport, ce n'est pas une  tragédie. J'ai perdu après avoir gagné huit années de suite. C'est juste  normal, il fallait que ça arrive un jour. Cela reste une semaine positive pour  moi. Je ne me suis pas entraîné pendant trois semaines à Majorque, seulement  une semaine ici. Sans beaucoup de préparation, j'ai réussi à aller jusqu'en  finale où j'ai perdu contre le meilleur joueur du monde."
   
Comment expliquez vous votre début de match difficile ?
R.N: "Je pense que 4-0 c'était trop, ça aurait aussi bien pu faire 2-2. Il  jouait très bien mais moi je ne jouais pas si mal. Mais il mérite sa victoire.  Il a fait un meilleur match que moi, même si j'ai eu plus d'occasions que lui  au deuxième set. J'y ai joué mon meilleur tennis de la semaine, ça c'est très  important. Je n'étais pas loin de lui. Mais sur la fin j'étais un peu fatigué."
   
Et sur le plan mental ?
R.N: "En 2011, il m'arrivait d'être tendu contre Novak. J'étais anxieux sur  les points importants. Aujourd'hui, cela n'a pas été le cas. Au contraire, j'ai  réussi à revenir après un premier set compliqué. Je suis content d'être de  retour sur le circuit, je suis frais mentalement. Novak a juste été meilleur  que moi. Il ne faut pas oublier qui il est: il est N.1 mondial. Pour le battre,  il faut être à 100%. Sinon c'est pratiquement impossible."
   
Qu'est-ce qu'il vous manque encore pour retrouver votre meilleur niveau ?
R.N: "Jouer tous les points avec la même intensité. Je fatigue plus vite  qu'avant. J'ai encore besoin de temps, besoin de jouer des matches. Cette  semaine va m'aider. Je pense que je suis sur la bonne voie. Cinq finales de  suite (depuis son retour en février après sept mois d'absence), si on m'avait  dit ça il y a quatre mois j'aurais pleuré de joie. Là je rejoue des grands  matches contre les meilleurs et avec une vraie chance de gagner. C'est une  excellente nouvelle pour moi."
   
Reste-t-il assez de temps d'ici Roland-Garros dans un mois pour  retrouver tous vos moyens ?
R.N: "Roland-Garros c'est encore très loin. La semaine prochaine je vais  jouer à Barcelone, un tournoi que j'adore, et après il y a Madrid, puis Rome.  Mais pour répondre à votre question: oui je pense qu'il reste assez de temps,  plus qu'il n'en faut même si je continue comme ça."

AFP