Andy Murray
Le Britannique Andy Murray | AFP - GERARD JULIEN

Murray stoppe Nadal à Madrid et se hisse en finale

Publié le , modifié le

Au terme d'un match étonnant et parfois décousu, Andy Murray a battu, comme l'an dernier, Rafael Nadal au Masters 1000 de Madrid. Le N.2 mondial, tenant du titre, se hisse ainsi en finale après son succès 7-5, 6-4 contre l'Espagnol, qui voit sa série de 13 victoires consécutives (et deux titres à Monte Carlo et Barcelone) s'arrêter là. En finale, l'Ecossais, qui devient le 6e joueur à battre deux fois l'Ibère sur terre battue, affrontera soit Novak Djokovic (N.1), soit Kei Nishikori (N.6).

C'était le 24e duel entre les deux joueurs. Cela n'a pas été le plus beau. A Madrid, Rafael Nadal et Andy Murray n'ont pas pratiqué leur plus beau tennis, mais ils ont maintenu un certain suspense. L'année dernière, lors de la finale de ce même tournoi entre ces deux protagonistes, il n'y en avait pas eu (victoire de l'Ecossais 6-3, 6-2). Pour cette demi-finale, le match a failli prendre le même chemin, et ce de façon surprenante.

Andy Murray, si intraitable au service depuis le début de la semaine, n'affichait qu'un pathétique 40% de réussites en premières balles dans la première manche. Et il menait pourtant 4-1, et même 5-2. Tous les voyants semblaient donc au vert mais d'un coup, la machine s'est grippée. Rafael Nadal, avec de meilleures sensations que la saison passée, parvenait à retrouver sa hargne et sa solidité pour grignoter son retard, et égaliser à (5-5). A ce moment-là, l'Espagnol semblait de nouveau en capacité de retrouver la finale du tournoi madrilène, qu'il a remporté à quatre reprises dans sa carrière. A 5-5, le jeu était acharné, et l'Ecossais retrouvait sa première balle pour reprendre sa marche en avant (6-5). Et au jeu suivant, il passait la vitesse supérieure en retours pour empocher un jeu blanc, et un set qui lui tendait les bras mais qu'il a eu bien du mal à conquérir (7-5) après 1h02 de jeu.

Murray confirme

Le début du deuxième set démarrait sur un nouveau bras de fer, remporté par Murray après avoir sauvé trois balles de break dans son premier jeu de service (1-0). Ensuite, le protégé d'Amélie Mauresmo a fait la différence, comme lors de la première manche, pour s'envoler et mener (5-2). A (5-3), il se procurait une balle de match, mais commettait la faute directe. Nadal en profitait pour recoller une nouvelle fois, aidé par des erreurs manifestes de son adversaire. Comme lors de la première manche, le public de Madrid se prenait à espérer, et poussait bruyamment son compatriote. Mais à (5-4), et alors qu'il pouvait rééditer sa performance du premier set en égalisant à (5-5), l'Ibère craquait complètement et offrait, sur une faute le match au Britannique.

Pour la deuxième année de suite, Andy Murray domine Rafael Nadal sur la terre madrilène. Pour la deuxième fois en 9 matches, il bat l'Espagnol sur cette surface. Il devient ainsi le 6e joueur à dominer l'Ibère au moins deux fois sur cette surface (après Federer, Djokovic, Ferrer, Gaudio, Fognini). Pour la deuxième année de suite, il atteint la finale de ce tournoi, dont il est le tenant du titre. Tout cela confirme bien qu'il est en passe de devenir un acteur majeur, également sur terre, lui qui n'a remporté son premier titre sur cette surface que l'année passée. Mais le contenu du match confirme surtout que lui comme Rafael Nadal manquent de constance, ce qui peut se révéler mortel lors d'un tournoi du Grand Chelem comme Roland-Garros. Il ne leur reste que quinze jours pour hausser encore leur niveau.

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze

Masters 1000