Andy Murray heureux vainqueur de Rome 2016
Andy Murray heureux après sa victoire au Masters 1000 de Rome. | Claudio Pasquazi / ANADOLU AGENCY

Murray : la douche écossaise pour Djokovic

Publié le , modifié le

Un Andy Murray des très grands jours, ainsi qu'un fin crachin, ont eu raison de Novak Djokovic en finale du Masters 1000 de Rome (6-3, 6-3). Cette victoire de l'Ecossais rebat les cartes à une semaine de Roland Garros car le Serbe n'est peut-être pas invincible.

Le trophée dans la main gauche et le gâteau d'anniversaire dans la main droite. Andy Murray a fêté ses 29 ans comme il se doit, avec un 12e titre en Masters 1000, le deuxième sur terre battue après Madrid en 2015. Madrid, justement, où Djokovic avait battu l'Ecossais dimanche dernier en finale. Le N.3 mondial a réussi dimanche un match extrêmement solide (6-3, 6-3) mais il a aussi profité de circonstances parfaites pour lui, entre la fatigue de Djokovic, qui avait eu un parcours très difficile pour atteindre la finale, et un court alourdi par la pluie sur lequel l'Ecossais était impossible à déborder. Alors qu'il n'avait plus beaucoup d'essence après ses deux batailles contre Rafael Nadal (2h30 vendredi) et Kei Nishikori samedi (plus de trois heures), Djokovic a d'ailleurs très vite semblé exaspéré par la météo.

Les progrès de Murray sur terre battue 

Sa colère a explosé à 4-3 dans le deuxième set quand il s'est adressé de façon véhémente à l'arbitre. "Ca fait une heure qu'il pleut, mon ami ! Je ne veux plus jouer ! Vous ne pensez pas qu'il y a des conséquences ? Vous ne pensez pas que les lignes sont glissantes ? Quelqu'un va se blesser", a lâché le N.1 mondial, sans émouvoir plus que ça l'arbitre, qui a jugé le court "jouable". Djokovic avait alors un set et un break de retard. Murray allait en ajouter un deuxième en prenant le service du Serbe pour conclure. Deux énormes fautes directes et une double faute de Djokovic: comme il ne fallait pas finir là-dessus, Murray a offert au public trempé du Foro Italico une balle de match magnifique avec un somptueux passing de revers au bout d'un point qui semblait perdu. Ce premier sacre romain vient récompenser les progrès sur terre battue de l'Ecossais, déjà finaliste la semaine dernière à Madrid et demi-finaliste à Monte Carlo. Une semaine après sa séparation avec sa coach Amélie Mauresmo, il n'a pas perdu le moindre set à Rome, s'appuyant en plus de ses armes habituelles sur un service qui est désormais devenu un vrai atout et qui contribue à en faire un candidat à la victoire à Roland-Garros.

Impressions mitigées pour Djokovic

"Je n'aurais jamais cru ça, mais depuis deux ans, la terre battue est peut-être la surface où j'ai les meilleurs résultats. On verra à Roland-Garros. Je me sens sur le bon chemin même si c'est très différent, avec les cinq sets et des conditions différentes", a estimé Murray. Djokovic sera l'un des favoris aussi, bien sûr. Mais sa semaine romaine laisse une impression mitigée. Même lors de ses deux premiers matches contre Stéphane Robert et Thomaz Bellucci (qui lui a infligé un 6-0), il n'a jamais semblé totalement en contrôle. Ses deux victoires contre Nadal et Nishikori lui ont ensuite pris énormément d'énergie, sans doute également au plan mental.

Dimanche, il a ainsi paru extrêmement nerveux, lançant sa raquette au sol, discutant plusieurs fois avec l'arbitre et passant son temps à regarder vers son coach Marian Vajda. Il a aussi commis trop de fautes directes (14 rien que pour le premier set, 23 en tout) pour espérer réussir un triplé romain après 2014 et 2015. "On essaie d'avoir des pensées positives pour chasser la fatigue. Mais elle est toujours présente bien sûr. J'ai eu une longue semaine, les deux derniers jours surtout", a reconnu Djokovic. Mais il l'a dit, en italien, il se sent "comme à la maison" à Rome, où il avait aussi gagné en 2008. Et il reviendra l'année prochaine.

francetv sport @francetvsport

Masters 1000