Stanislas Wawrinka
Le Suisse Stanislas Wawrinka | AFP - VALERY HACHE

Monte-Carlo: Wawrinka déborde Federer

Publié le , modifié le

Stanislas Wawrinka (N.3) a remporté le tournoi de Monte-Carlo, le premier Masters 1000 de sa carrière, en battant son compatriote Roger Federer (N.4) en 2h13 et trois manches, 4-6, 7-6(5), 6-2. Lauréat à Melbourne en janvier, le Suisse confirme sa montée en puissance à cinq semaines de Roland-Garros où il aura des arguments à faire valoir sachant qu'il a battu les six top 10 qu'il a affrontés en 2014, et qu'il pointe en tête à la Race to London. Federer, de son côté, vient de rater l’occasion de s’adjuger l’un des rares Masters 1000 qui lui manque avec Rome.

Mené 13-1 dans leurs confrontations avant cette partie, Wawrinka a joué en deçà de son talent durant un set, comme souvent lorsqu’il affronte l’ancien maître du circuit, avant de lâcher les chevaux pour déborder son rival au forceps, d’abord au jeu décisif du deuxième set puis lors d’une troisième manche rondement menée.

Federer prend les devants

Dès l’entame de match, Stanislas Wawrinka était mis sous pression par son compatriote. Le vainqueur de l’Open d’Australie était contraint de sauver une première balle de break et il y parvenait grâce à un gros service suivi d’un coup droit profond. Roger Federer égalisait à un partout mais Wawrinka faisait la cours en tête.

A 2-1, le Bâlois était contraint de sauver une balle de break en venant au filet. Mais c’est Wawrinka qui craquait le premier à 2-2 en effectuant un mauvais jeu de service et en sortant un revers pour offrir le premier break du match à Federer qui menait 4-3 puis 5-4, service à suivre. Il concluait la manche sur un service gagnant (6-4 en 42 minutes).

Wawrinka égalise

Wawrinka répliquait en réalisant le break d’entrée de deuxième set en profitant de fautes adverses dont un coup droit trop long pour lui donner un avantage de 2-0. Le Vaudois tentait de durcir le jeu pour installer de longs échanges mais Federer rectifiait le tir au jeu suivant en ravissant l’engagement de son rival sans lui laisser le moindre point, avec un dernier passing de revers fantastique (2-1).

Wawrinka manquait ensuite une balle de break en "dégueulassant" un revers anodin. Puis une autre occasion de breaker était annihilée par un Federer offensif (enchainement service-coup droit). Le septuple lauréat de Wimbledon s’en sortait finalement sur un enchainement service-volée pour égaliser à 2-2. A 3-2, une pluie fine commençait à tomber sur Monte-Carlo. Cela n’empêchait pas Federer de revenir à hauteur.

Les deux hommes allaient jusqu’au jeu décisif où Wawrinka se détachait nettement (4-1) en poussant son adversaire à la faute. Federer serrait le jeu en réussissant une volée de revers magnifique, mais Stanimal lâchait ses revers pour se procurer trois balles de set (6-3). Rodgeur en sauvait deux assez facilement. Mais un servive puissant sur le revers adverse, suivi d’une solide volée de revers, permettait au numéro 3 mondial de remettre les compteurs à zéro (7-6(7-5)) après 1h40.

Federer impuissant et résigné

Dès le début du troisième acte, Federer concédait une balle de break dont profitait Wawrinka. Plus lourd dans ses frappes, plus entreprenant, le Vaudois obligeait Federer à rester sur la défensive, et il le débordait de plus en plus dans l’échange. Il confirmait derrière (2-0) avec une sérénité retrouvée: au final, il a mieux servi que son rival avec 80% de points gagnés après sa première balle, 33 coups gagnats à 21 et seulement 34 fautes à 38. 

Federer était contraint de sortir le grand jeu pour sauver au filet une balle de 3-0 qui était quasiment une balle de match. Une deuxième survenait. Wawrinka ne la manquait pas en lâchant un coup droit gagnant dans l’échange.

Il s’envolait finalement pour mener 5-1 et s’imposer 6-2 sans coup férir (sur un coup droit décroisé gagnant), prouvant ainsi que sa victoire de Melbourne n’était pas qu’un feu de paille. Qu’on se le dise, et surtout en ce printemps particulier où Nadal et Djokovic déçoivent, Stanislas Wawrinka peut être considéré comme un vainqueur potentiel de Roland-Garros.

Grégory Jouin @GregoryJouin

Masters 1000