Rafael Nadal, Monte-Carlo, 2017
Le joueur espagnol Rafael Nadal | AFP - VALERY HACHE

Monte-Carlo : Rafael Nadal s'offre un 10e titre sur le Rocher

Publié le , modifié le

Comme prévu, Rafael Nadal s'est offert son 10e Masters 1000 à Monte-Carlo. Le Majorquin a dominé sans trembler la surprise de la semaine, son compatriote Albert Ramos-Vinolas, en deux sets, 6-1, 6-3 et 1h15 de jeu. Nadal s'offre la première Decima de l'histoire du tennis. Un moment historique qui en appelle d'autres dans quelques semaines.

Andy Murray, Marin Cilic, Lucas Pouille... Jusqu'à cette première finale de Masters 1000, le parcours d'Albert Ramos-Vinolas sur le Rocher monégasque était superbe. Il restait une marche, la plus haute de toute pour un joueur de tennis sur terre battue, affronter Rafael Nadal. Un "Rafa" qui était à un match d'entrer un peu plus dans l'histoire du tennis. Tout ce contexte (première finale, Rafa, l'Histoire) a été un peu trop dur à gérer pour le 24e joueur mondial, qui n'a pas résisté face à un Nadal, plus que jamais prince de Monaco et roi de la terre. Nadal devient l'homme le plus titré sur ocre (50 titres, un de plus que Guillermo Vilas) et le premier joueur à remporter 10 fois un tournoi ATP. La première Decima d'une trilogie qui débutait à Monte-Carlo et qui pourrait se prolonger dans quelques semaines à Barcelone et à Roland-Garros.

On peut aimer la terre battue et être gêné par une poussière dans l’œil. La finale entre Rafael Nadal et Albert Ramos-Vinolas venait à peine de débuter que Nadal stoppait quelques secondes la partie pour une satanée poussière. Ce sera le seul moment un peu désagréable vécu par le Majorquin ce dimanche. Sinon, ce dixième titre sur le Rocher aura été quasiment une promenade de santé. Tendu dès le début de la rencontre, Albert Ramos-Vinolas n’a pas réussi à se libérer durant la première manche. Tout de suite, il a dû effacer trois balles de break pour revenir à un partout, alors que Nadal lui était entré de plein pied dans sa finale. Sous pression, Ramos-Vinolas perdait sa mise en jeu tout de suite après, à 2-1) et encaissait les cinq jeux suivants.

Anthologie

Avec un set de retard et une fatigue qui commençait à se faire sentir, Albert Ramos-Vinolas a eu le mérite de ne pas lâcher. Il s’est un peu rebellé et s’est accroché jusqu’à 2-2 dans la seconde manche. Mais Nadal servait trop bien, jouait trop juste pour dévier de sa route sablée de terre orange vers un dixième titre à Monte-Carlo. Avec son break pour mener 4-2, le plus dur était fait. Pressé, il s’offrait même le luxe de finir sur le service adverse. Mené 0-40, il revenait à hauteur et montrait qu’il avait retrouvé toutes ses aptitudes de défenseur hors pair sur un point d’anthologie pour s’offrir sa première balle de match. La troisième serait la bonne. 

Nadal a envoyé un message à ses adversaires à Monaco. Il faudra bel et bien compter sur lui sur terre battue cette année. Difficile d'en douter après son début d'année où il s'était hissé par trois fois en finale sur dur mais s'en jamais l'emporter. A Monte-Carlo, il retrouve les joies du vainqueur pour un 70e titre en carrière, son 29e Masters 1000 (une unité derrière Novak Djokovic), son 50e sur terre battue et donc son 10e sur le Rocher après ceux de 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2016. 

Benoit Jourdain @BenJourd1

Masters 1000