Gaël Monfils Monte-Carlo
Le joueur français Gaël Monfils | AFP - JEAN-CHRISTOPHE MAGNENET

Monte-Carlo : Monfils balayé par Berdych en demi-finale

Publié le , modifié le

Après une très belle semaine sur le Rocher monégasque, Gaël Monfils n'a pas du tout existé en demi-finale face à Tomas Berdych. Le Français a été balayé par le Tchèque en deux manches 6-1, 6-4 et 1h07 de jeu. Impressionnant et tout en puissance, le numéro 8 mondial s'est hissé pour sa première finale à Monte-Carlo. Il y retrouvera le vainqueur du "choc des titans" dans l'autre demi-finale, Rafael Nadal ou Novak Djokovic.

Impressionnant face à Roger Federer et Grigor Dimitrov, Gaël Monfils n'a pas vu la lumière face à Tomas Berdych. Comme d'habitude serait-on tenté de dire puisque c'est la sixième défaite de Monfils en sept confrontations face au Tchèque. Sur la terre battue de Monte-Carlo, le Français a eu un mal fou à rentrer dans la partie. Il a mis un set, le premier étant expédié par le numéro 8 mondial en 24 minutes (6-1). Au début de la seconde manche, il a bien tenté de s'accrocher en débreakant une première fois pour revenir à 1-1, mais il n'a jamais été constant sur la durée. "C'est un joueur qui  me pose beaucoup de problèmes. Je n'arrive pas à trouver une manière de jouer  qui le gêne. C'est aussi l'un des joueurs qui lit le mieux mon service. Il faut  que je serve bien mieux contre des joueurs comme lui. Même quand j'envoyais à  205 km/h, il retournait loin et fort. J'ai l'impression qu'il se régale contre  moi. Chez 90% des joueurs, mes balles flottantes peuvent suffire à casser le rythme mais pas contre lui", a assuré Monfils après la rencontre.

Impuissance

En très grosses difficultés sur sa mise en jeu (46% de premières balles seulement), il n'a jamais été tranquille sur son service. Il a bien essayé de varier avec des slices ou des services-volées, mais ce samedi Berdych avait toutes les réponses. "C'est frustrant et un peu rageant parce que je ne me sentais pas mal sur le court. J'ai donné ce que je pouvais mais il m'a  éteint. Il faut reconnaître quand un joueur est plus fort", a ajouté le Français. A 1-1 dans la deuxième manche, Le Tchèque a, à nouveau, breaké puis confirmé (4-2), en écartant de nouvelles balles de debreak. Ce dernier sursaut d'orgueil écarté, Berdych a tranquillement géré sa fin de match avant de conclure sur un jeu blanc et par un coup droit le long de la ligne. Après son titre à Paris-Bercy en 2005, sa finale à Miami en 2010 et à Madrid en 2012, le Tchèque va disputer sa quatrième finale de Masters 1000.

Vidéo : la balle de match de Berdych face à Monfils